Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Ocean Fifty French Touch

Arkea Ultim Challenge Brest : Eric Péron a loué le trimaran Ultim Sailing pour 2023

vendredi 28 octobre 2022Redaction SSS [Source RP]

À quelques jours du départ de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum – Destination Guadeloupe où il s’alignera en Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 , Eric Péron nourrit déjà un projet plus grand : participer à l’Arkea Ultim Ultim #Ultim #multicoque Challenge Brest Brest #brest en décembre 2023. Le Finistérien vient de signer la location du bateau Ultim Ultim #Ultim #multicoque Sailing qui lui permettra de donner vie à ses ambitions.

Lorsque l’opportunité de louer un Ultim Ultim #Ultim #multicoque pour la saison 2023 se présente, Eric Péron n’hésite pas un instant. Le marin finistérien nourrit depuis toujours cette ambition : faire un tour du monde en solitaire. « Pour un marin, c’est vraiment un truc de dingue, une sorte de Graal ». Ça aurait pu être le Vendée Globe, mais les planètes se sont alignées différemment et une occasion unique s’est présentée :

« Lorsque j’ai appris que le trimaran Ultim Ultim #Ultim #multicoque Sailing était à louer pour la saison à venir, j’ai sauté sur l’occasion, je ne pouvais pas laisser passer l’opportunité de m’aligner au départ de ce tour du monde ! »

Pour Eric, le timing est idéal : après une année à naviguer en multicoque, sur le circuit Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 , le marin a acquis une expérience précieuse : « 

Les Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 sont des bateaux particulièrement véloces, sortes de mobylettes survitaminées qui demandent une attention de tous les instants ; un excellent support pour appréhender la navigation en multicoque, toujours délicate. Bien qu’on passe à une dimension supérieure en Ultim, la vigilance sera la même.

Faire le tour du monde en solitaire, en Ultim et en course, c’est une aventure Aventure incroyable, quelque chose d’unique puisque cela n’a jamais été fait auparavant. Il y a un côté ’pionniers’ à participer à cette expérience inédite, ce qui rend, à mes yeux, l’aventure Aventure encore plus excitante ! »

Un bateau fiable qui connaît la route

Le bateau sera donc le trimaran Ultim Sailing, un bateau sûr et éprouvé. Né d’éléments du Géronimo d’Olivier de Kersauson, passé entre les mains de Thomas Coville puis d’Yves Le Blevec, l’Ultim 32/23 est certes ancien mais très fiable ; un sentiment confirmé par Eric Péron :

« J’ai eu la chance de naviguer sur ce bateau, il est certainement moins performant que les Ultim de dernière génération mais il reste un excellent support, très bien adapté à un premier tour du monde en solitaire. Je pense que sa fiabilité et sa ’simplicité’ en font justement un concurrent sérieux pour ce programme. »

Eric Péron devrait récupérer le bateau début 2023 pour un premier chantier avant de prendre la barre et de se consacrer à l’entraînement, la préparation et le partage avec les partenaires, puis de s’élancer sur l’Arkéa Ultim Challenge Brest Brest #brest en décembre 2023... Brest Brest #brest où le skipper souhaite être basé pendant toute sa préparation.

Un souhait : construire un projet de territoire à Brest

Eric, déjà implanté dans la cité du Ponant avec son équipe actuelle, se verrait évidemment bien poser ses pare-battages sur les pontons du port de Brest.

« Nous sommes très attachés à ce territoire. J’aimerais vraiment que ce bateau devienne l’ambassadeur de belles entreprises bretonnes, finistériennes et brestoises, actrices de leur territoire. Et que les Brestois puissent également se l’approprier, car il sera visible au ponton et naviguera dans la rade toute l’année.

Construire notre projet dans cette métropole qui est LA ville des tours du monde en Ultim et de l’Arkéa Ultim Challenge Brest me paraît très cohérent. Il y a aussi à Brest une grande richesse en termes de compétences dans le maritime. Notre volonté est de faire travailler et d’agréger ces compétences au sein de l’équipe, de recourir et de s’entourer de prestataires et fournisseurs locaux, et de profiter de cette formidable expérience pour former des jeunes, ou moins jeunes d’ailleurs, au panel de métiers de la course au large. »

Un dessein : continuer une aventure collective

S’il reste à trouver le financement pour ce projet, c’est fort du soutien de son fidèle club d’entreprises FRENCH TOUCH Oceans Club et de discussions en cours avec des partenaires motivés pour l’aventure qu’Eric Péron a sauté le pas en signant la location du Trimaran.

« Comme dans toute entreprise, il faut savoir prendre des risques pour lancer la machine » confie le marin, qui, pour relever ce nouveau challenge, souhaite articuler le projet autour d’un ou deux partenaires titres, d’un groupe de partenaires principaux et de nouveaux adhérents qui viendraient grossir les rangs du FRENCH TOUCH Oceans Club. »

« Le planning est idéal pour les entreprises qui chercheraient une opportunité de gagner en notoriété en associant leur nom au projet avec le co-naming du bateau et différentes offres de visibilité sur celui-ci : la course a lieu en fin d’année prochaine, ce qui nous laisse le temps nécessaire pour nous préparer et construire une belle histoire Histoire #histoire , celle d’une aventure unique autour du monde. Cette course est une grande première et s’élancera lors d’une période creuse en termes de grands événements sportifs, ce qui laisse présager d’un intérêt médiatique fort. Nous sommes persuadés qu’il s’agit d’une très belle opportunité à notoriété maximale, accessible pour des budgets que nous voulons raisonnables et variés. »


- Communiqué Julie Cornille



A la une