SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Vie marine

L’Ifremer propose de suivre le périple des tortues de l’océan Indien en direct

samedi 16 août 2014Redaction SSS [Source RP]

Equiper 200 tortues marines de l’océan Indien de balises Argos, c’est le défi que tentent de relever depuis 2007 et jusqu’en 2015, les chercheurs de la station Ifremer de La Réunion avec leurs collègues de Kélonia, l’Observatoire des Tortues Marines.

Tel un GPS, les balises Argos permettent aux scientifiques de suivre à la trace les tortues qui sont capables de parcourir jusqu’à 4 500 km et traverser les mers de 9 pays ! Ce "tracking" est un outil indispensable pour mieux comprendre leurs migrations, les menaces qui pèsent sur elles et ainsi assurer un suivi et une meilleure gestion internationale de ces espèces migratrices.

Suivez le trajet des tortues en direct sur http://wwz.ifremer.fr/lareunion/Les-tortues-en-direct et découvrez une animation des migrations déjà analysées ces dernières années : http://wwz.ifremer.fr/lareunion/Les-projets/Tortues-Marines/DYMITILE/Trajectoires-en-video-des-tortues-vertes.


Voir en ligne : Info presse wwz.ifremer.fr


Des espèces menacées

Les tortues de l’océan Indien sont classées espèces menacées et inscrites sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conversation de la nature (IUCN). Les scientifiques de l’Ifremer à La Réunion étudient depuis 30 ans ces grands migrateurs de l’océan Indien : biologie, écologie, migration, sites de reproduction, d’alimentation, suivi des pontes... L’Ifremer étudie cinq des sept espèces de tortues marines connues dans le monde.

« Nous savons qu’elles pondent et qu’elles mangent dans des zones géographiques complètement différentes. Nous savons aussi qu’elles sont menacées par le réchauffement climatique et par les captures accidentelles de certains engins de pêche. Mais quels liens existe-t-il entre site de ponte et aire d’alimentation ? Quels chemins empruntent-elles lors de leurs migrations ? Quelles sont les menaces qui pèsent sur elles lors de ces grands déplacements ? Ce sont les principales questions qui restent sans réponse », résume Jérôme Bourjea, le responsable des projets « tortues marines » à l’Ifremer de La Réunion.



A la une