SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#VG2012

Vincent Riou : "Ma priorité est de trouver les moyens de faire une réparation solide et de poursuivre ce Vendée Globe"

samedi 24 novembre 2012Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Vincent Riou vient d’envoyer la première photo des dégâts sur la coque de PRB suite à la collision de ce matin. La déchirure sur la coque est longue d’environ 1.20 mètres et la zone délaminée est de 1m2.

Le skipper de PRB est actuellement en train d’étudier toutes les possibilités envisageables pour réparer et poursuivre son tour du monde. Il navigue à vitesse Vitesse #speedsailing réduite au portant (5 nœuds environ).

Vincent nous explique la situation : « Lorsque le bateau est gité à 20°, la déchirure se situe au niveau de la flottaison. Ma priorité est de trouver les moyens de faire une réparation solide et de poursuivre ce Vendée Globe en toute sécurité. J’ai besoin d’avoir l’assurance d’aborder les mers du Sud en totale confiance par rapport à mon bateau. La situation est vraiment délicate car je n’ai pas de terre à proximité pour pouvoir m’abriter pour effectuer cette réparation plus facilement. C’est réparable mais dans quelles conditions et avec quelles prises de risques sachant que je dois aller faire le tour de l’Antarctique. C’est ce que je suis en train d’évaluer actuellement. »

Mise à jour : La réparation de la zone déchirée et délaminée est envisageable, une solution est proche

A la vacation ce matin, Vincent est revenu en détail sur son avarie. Depuis 7 heures du matin (HF), le skipper de PRB cherche toutes les solutions pour réparer la coque déchirée et délaminée. Une solution semble d’ailleurs proche selon lui mais un autre paramètre est venu perturber cette phase de réflexion et d’analyse. En refaisant un check complet du bateau, Vincent s’est aperçu que l’énorme bouée avait également endommagé le tirant de l’outrigger tribord (l’outrigger est l’équivalent des barres de flèches. Sur PRB, elles partent du pied de mât, ndlr). Le tirant est le câble de carbone qui sort de la coque pour aller jusqu’à l’outrigger. Cette pièce abîmée fragilise le mât. Vincent est en contact avec l’ingénieur avec lesquels il a travaillé sur les calculs de mât pour mesurer les conséquences de l’avarie sur le tirant. Le skipper de PRB met tout en œuvre pour poursuivre sa course. D’autres nouvelles vous seront données dès que possible.

Au sujet du choc et du constat de l’avarie :

« Ce matin vers 4h45 (TU), je me suis mis à la table à carte pour l’analyse du premier fichier météo de la journée. A 5h, il y a eu un choc dans le bateau. PRB s’est arrêté, j’ai entendu un gros bruit de carbone à l’intérieur. Je suis sorti en courant. J’ai vu défiler à l’arrière du bateau une grosse tonne circulaire. Elle n’avait pas grand chose à faire là, rien à faire au large. C’était un gros tas de rouille. J’ai abattu pour arrêter le bateau, je suis allé à l’avant du bateau. J’ai constaté que le bateau était sérieusement endommagé à l’avant tribord à 4-5 mètres de l’étrave. La zone touchée se situe au milieu de la partie verticale du bordé donc à fleur d’eau quand le bateau est gité à 20°. La déchirure est exactement de 1m30. »

Au sujet du tirant d’outrigger :

« Depuis, j’ai constaté que j’ai le tirant de l’outrigger qui est endommagé à 20 cm de la coque. Ces nouvelles ne sont pas bonnes. Aujourd’hui, pour réparer de manière fiable, je pense ne pas être loin d’une solution. Maintenant, ça va prendre beaucoup de temps. Il y a beaucoup de grains et d’humidité par ici et sur le pont de PRB, il fait 30°. Le composite, c’est dur quand il fait chaud et humide. Le deuxième volet (tirant d’outrigger, ndr), il est entre les mains des calculateurs pour faire le point de ce qui est endommagé. Je ne me dis rien du tout, j’essaie de faire une analyse la plus rationnelle possible. Ce qui m’intéresse, c’est d’envisager la suite de la course. »


Voir en ligne : Info presse Agence Effets Mer / www.prb.fr/voile/



A la une