SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Cartographie

Attention aux distances au but sur le Vendée Globe

Au pot-au-noir, Armel Le Cléac’h devance Jean-Pierre Dick de 70 milles

mardi 20 novembre 2012Christophe Guigueno

Les premiers concurrents du Vendée Globe sont en pleine traversée du pot-au-noir. En tête, Armel Le Cléac’h a ré-accéléré alors que le groupe de chasse tourne au ralenti, embourbé dans les calmes de cette zone de transition météo. Mais attention, la cartographie n’affiche pas les bonnes distances au but !

La route des concurrents qui effectuent un tour du monde à la voile (sauf pour ceux qui la font en virtuel - chacun son bug) ne descendent pas l’Atlantique en ligne droite. Il leur faut contourner anticyclones et dépressions. Il ne passent d’ailleurs pas le cap de Bonne Espérance (bug + 1 : le cap des Aiguilles marque en fait l’entrée dans l’Indien). Ils vont se glisser à 700 milles au Sud de l’Afrique du Sud pour se lancer dans une circumnavigation autour de l’Antarctique. D’ailleurs, la trajectoire dessinée par la cartographie du Vendée Globe le montre bien.

Et en ce qui concerne la position actuelle des bateaux, la trajectoire de Le Cléac’h, Stamm, Gabart, Dick, Riou et Thomson (et ceux qui les suivent) ne va pas au Sud-Est mais au Sud-Ouest. Ils filent vers Fernando Da Noronha pour se rapprocher du Brésil et éviter l’anticyclone de Sainte Hélène (rien à voir avec Ellen MacArthur). C’est là qu’apparait une erreur sur le classement des bateaux. Non seulement Armel Le Cléac’h possède près de 70 milles d’avance sur le groupe de chasse et non 25. Mais, en plus, le premier des chasseur est plutôt Jean-Pierre Dick qui, par une légère option à l’ouest, a été moins ralenti que ses partenaires.

En 2000-2001, alors que je travaillais pour Philippe Jeantot (ça fait vieux routier non ?), ce dernier (l’organisateur et initiateur du Vendée Globe) avait placé multitude de waypoints sur la route afin de tisser un maillage précis de points de passage et affiner les classements. Cela évitait d’avoir des distances au but mesurées en fonction de points erronés. Et donc de donner des classements inexacts. Si cela n’avait pas facilité la tâche des informaticiens, cela rendait le classement plus crédible. Et en ce moment, il ne l’est pas. Mais rassurons nous, quand ils iront tout droit sur la route, tout reviendra dans l’ordre. Mais il faudra attendre l’arrivée dans les quarantièmes…


Voir en ligne : La cartographie du Vendée Globe



A la une