SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trimaran géant

Marc Thiercelin prépare le refit du trimaran Oman Sail

jeudi 27 octobre 2011Christophe Guigueno

Le trimaran Oman Sail, quasi sister-ship de Sodebo et Idec, avait chaviré lors de la dernière Route du Rhum. Il est désormais au sec, à Lorient, chez Marsaudon Composites. Son nouveau skipper ? Marc Thiercelin ! Qui cherche un partenaire pour de nouveaux projets…

Les trimarans semi géants sont demandés sur le marché de l’occasion. Philippe Monnet avait été le plus rapide pour mettre la main sur les 22 mètres de l’ancien B&Q d’Ellen MacArthur. Avec ce petit trimaran géant, il veut établir un temps de référence autour du monde, en solitaire, mais contre les vents dominants (soit donc, en passant en premier par le Cap Horn). Il y a d’ailleurs un autre candidat pour faire ce tour du monde à l’envers en multicoque. Il s’agit de Lalou Roucayrol qui débute la construction d’un trimaran… de 50 pieds (15,24 m).

Entre Banque Populaire V (qui devrait être mis en vente à l’issue du Trophée Jules Verne – 10 millions d’euros ?) et Groupama 3, d’ores et déjà en vente (5 millions d’euros ?), et le trimaran de Monnet, il ne reste donc qu’Idec, Sodebo et Oman Sail. Le premier attend le retour de son skipper parti prêter main forte à Franck Cammas sur la Volvo Ocean Race. Le second est rentré en France pour être réparé après avoir chaviré non loin de New York quand Francis Joyon tentait d’améliorer le record de l’Atlantique nord en solitaire. Et voilà donc Oman Sail. Qui avait chaviré avec Sidney Gavignet à la barre, lors de la dernière Route du Rhum.

Stocké chez Marsaudon Composites à Lorient, le voilier a ses bras de liaison tribord arrachés. Sa coque centrale est aussi bien abîmée. Il y aurait ainsi plus d’un million d’euros de travaux pour le remettre en état alors que l’épave du trimaran n’a pas été déclassée par les assurances mais évalué pour moins que son coût de réparation.

Les Omanais qui comptaient, à l’origine, construire au moins trois trimarans identiques des moules de Sodebo, ont depuis rejoint le circuit Mod70 Ils ont donc vendu Oman Sail qui leur restait sur les bras (mais sans ses bras). Et c’est donc bien Marc Thiercelin, l’actuel skipper DCNS qui en est l’heureux nouveau skipper.

Interrogé avant le départ de la Transat Jacques Vabre à laquelle il va prendre part, le parrain de Luc Alphand sur le monocoque DCNS a bien confirmé qu’il s’agissait de « son géant ». Comme rien ne semble défini pour le monocoque gris après la transat en double (il devrait être mis en vente), il reste à savoir si DCNS poursuivra son soutien à Marc Thiercelin pour ses nouveaux projets : en équipage ou en solo ? En Atlantique ou autour du monde ? Le skipper annonce d’ores et déjà qu’il est à la recherche de partenaires. Il a, en tout cas, déjà un beau bateau même s’il y a un long chantier pour le remettre en état de naviguer.

CG



A la une