SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse

Bouvet Rame Guyane

Le rameur Jean-Jacques Gauthier a remporté le prologue brestois

lundi 10 octobre 2011Redaction SSS [Source RP]

« Je me suis fait plaisir ». Le visage trempé de sueur après un effort soutenu qui a duré plus d’une heure, Jean-Jacques savoure sa victoire. Dès le départ du prologue donné samedi à 13 h dans l’Anse de la Maison Blanche à proximité du Goulet de Brest, ce grand gabarit a de nouveau fait une démonstration de son talent en aviron acquis depuis belle lurette avec plusieurs participations à des championnats du monde et 4 titres nationaux à son palmarès.

Ce père de quatre enfants résidant à Le Bourdet (79) est aussi un doyen de la Bouvet Guyane dont il a couru les deux premières éditions sans toutefois se classer. A Brest, Jean-Jacques étrennait son nouveau canot construit chez Hervé à La Rochelle, un orfèvre en la matière. « Il glisse vraiment bien et je suis content des réglages » lâchait dans un grand sourire, le rameur d’Echo Mer au moment de franchir la ligne d’arrivée devant le port du Moulin Blanc. Au départ du prologue, il a forcé sur les bras pour se dégager rapidement de la meute. Puis environ à mi-chemin d’un parcours long d’environ 7 km avalé en 70 minutes, il a pris un rythme océanique tout en surveillant du coin de l’œil son ami Rémy Alnet qui n’est pas un débutant non plus. Jean-Jacques navigue en musique et « tire » avec une redoutable efficacité son canot qui pèse quand même une demi-tonne. A Brest il était sans conteste le patron sur l’eau. Modeste, il n’oublie pas : « Le problème ce n’est pas la rame mais la navigation sur l’océan ». Et rêve de revanche et de victoire en Guyane tellement il va vite sur l’eau.

Les concurrents de Guyane ayant laissé leur bateau au pays ont suivi avec intérêt cette première joute opposant donc 20 des 26 futurs participants à la Transat. Samedi, il faisait un temps propice à la navigation en rade de Brest : mer calme, température modérée, courant légèrement favorable. Seul un vent traversier de NW forcissant en fin de parcours faisait dériver les attardés peu rompus à cet exercice particulier qui exige de savamment doser le réglage du gouvernail et aussi de la dérive tout en ramant. De fait, et aussi compte tenu de la nécessité de sortir rapidement les embarcations, plusieurs concurrents ont dû être pris en remorque pour se présenter à la grue dans les temps. Parmi eux Olivia La Hondé, la seule femme inscrite à Bouvet Guyane. Elle fut l’une des premières sur la ligne de départ au prologue et soutint un bon rythme jusqu’à rendre les armes sur la fin. Didier Torre, le régional de l’étape skipper d’un bateau à passagers au Guilvinec, garçon calme et réservé nouveau venu à la Transat mais qui routait son frère en 2009, a constamment été aux avant-postes. Il sauvait sa place de troisième convoitée par Christophe Dupuy et Jean-Christophe Lagrange bord à bord dans son sillage immédiat. Jean-Christophe, le seul « voileux » de la bande des rameurs avec deux Transat 6.50 à son actif avait lui aussi la banane en arrivant, fier de se classer 5e « et premier des bizuths en aviron ». Ce prologue jugé au milieu de nombreux dériveurs légers et autres planches à voiles en régate ou à l’entraînement avait un petit air de fête fort sympathique. De toute évidence ces rameurs sont heureux sur l’eau. Ce qui est de bon augure sachant ce qui les attend l’hiver prochain de Dakar à la Guyane.

- Info presse www.bouvet-guyane.com


CLASSEMENT :

  • 1 - Jean-Jacques Gauthier
  • 2 - Rémy Alnet
  • 3 - Didier Torre
  • 4 - Christophe Dupuy
  • 5 - Jean-Christophe Lagrange
  • 6 - Pierre Mastalski
  • 7 - Guillaume Bodin
  • 8 - Pascal Tesnière
  • 9 - Eric Lainé
  • 10 - Henri-Georges Hidair
  • 11- Christophe Letendre
  • 12 - Francis Cerda
  • 13 - Marc Chailan
  • 14 - Lionel Lucyk

Non classés : Didier Lemoine, Frédéric Devilliers, Alain Pinguet, Saïd Ben Amar, Olivia Lahondé, Benoît Soulies et Renaud Mesnil.



A la une