SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Multi 50

Pasqual Quintin : "Deux heures après le démâtage, tout était sécurisé"

vendredi 9 septembre 2011Redaction SSS [Source RP]

Alors qu’il rentrait du Trophée des Multicoques de Fécamp, en Normandie, pour rejoindre son port d’attache, Saint-Brieuc, le trimaran de Pascal Quintin a perdu son mât. A l’issue des trois jours de régate qui le week-end dernier avaient réuni un joli plateau de Multi 50, Pascal Quintin et son équipier Philippe Le Corguillé avaient pris dès dimanche soir le chemin du retour vers Saint-Brieuc.

Louvoyant contre une brise fraîche de sud ouest, le trimaran naviguait sous voilure réduite, trois ris et trinquette, entre Cherbourg et le Raz Blanchard : « j’étais debout dans le cockpit », raconte Pascal, « j’ai entendu un bruit, sec, assez fort, que je n’ai pas pu identifier ». Quelques dizaines de minutes avant un nouveau virement de bord, le mât est tombé, avant de se briser en trois morceaux. La faute à une manille défectueuse.

Les deux membres d’équipage sont alors entrés en relation avec le CROSS Jobourg *, avant d’entreprendre le titanesque travail de récupération des morceaux, afin d’éviter qu’ils n’endommagent la coque ou un flotteur. « Deux heures après le démâtage, tout était sécurisé », indiquait alors Pascal Quintin, avant de démarrer le moteur, et faire route vers Cherbourg. « Grâce à la solidarité des amis », confiait-il quelques jours plus tard, « à minuit, un camion arrivait pour charger les morceaux du gréement ». Charlie Capelle (du chantier Technologie Marine Marine Marine nationale à Saint-Philibert, mais également skipper du trimaran A’Capella) propose alors un petit mât pour ramener le bateau à Saint-Brieuc ; les Transports Georgelin prennent en charge le mât pour le déposer à Cherbourg.

Et maintenant ? Comme c’est le cas pour beaucoup de coureurs amateurs, le mât de Pascal n’était pas assuré. Il faut maintenant trouver un budget (« avec 20.000 €, c’est jouable ») pour racheter un mât d’occasion, ou réparer l’espar détruit. Ce qui permettrait à Pascal de s’aligner au départ des épreuves de la saison 2012 **. Cette somme représente le minimum pour remettre le bateau en état de naviguer. L’entreprise partenaire inscrit son nom sur les flancs du bateau, organise des sorties pour ses collaborateurs, communique en interne, etc.

Passionné de bateaux et de course au large, Pascal Quintin a construit ce bateau de ses mains, sur un terre plein le long du port du Légué. Lors de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum 2006, le trimaran qui alors s’appelle ‘Jean Stalaven’ chavire entre Açores et Antilles. Pascal est sain et sauf, mais le trimaran est abandonné. Pascal a tout perdu : en course, en multicoques et en solitaire, les bateaux ne sont plus assurés. Plusieurs mois plus tard, le trimaran Jean Stalaven retourné est repéré par un cargo polonais : un catamaran de plaisance Plaisance #Plaisance est affrété, puis un petit chalutier qui va remorquer le trimaran jusqu’à Horta, aux Açores. Le mât de Charlie Capelle (déjà !) est expédié aux Açores, grâce à la grue de charge d’un cargo, le bateau est retourné, remâté avec son gréement de fortune, puis convoyé vers la Bretagne. Il est sauvé !

Nul doute que l’an prochain encore nous verrons de nouveau le bateau naviguer.

- Info presse www.pascal-quintin.com


* CROSS : Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage

** Le programme de la saison 2012.
- Tour de Belle île.
- Trophée SNSM.
- Ar Men Race.
- Challenge de l’Estuaire (Port Médoc)
- Trophée Petit Navire.
- Trophée Prince de Bretagne Saint-Quay Portrieux
- Trophée de Fécamp.



A la une