SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse

Velux 5 Oceans

5 solitaires quittent La Rochelle pour 5 océans

Les Eco 60 ont mis le cap sur Cap Town, le Polonais Zbigniew Gutkowski en tête

dimanche 17 octobre 2010Information Velux 5 Oceans

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Les cinq skippers de la Velux 5 Oceans Velux 5 Oceans #Velux5Oceans ont franchi la ligne de départ ce dimanche 17 octobre 2010 à 16h00 dans des conditions exceptionnelles. Malgré le froid hivernal, le coup d’envo fut marqué par une météo idéale : vent de nord-nord-est compris entre 13 et 16 noeuds, grand soleil, et visibilité parfaite.

La flotte s’est élancée devant plus de 200 bateaux spectateurs, dont le célèbre trois-mâts français Le Belem. En tête sur la ligne de départ et au passage de la première marque, le Polonais Zbigniew ’Gutek’ Gutkowski sur Operon a été acclamé par ses nombreux fans qui ont fait le déplacement de Pologne pour souhaiter bon vent à leur héros. Gutek tente d’être le premier skipper polonais à boucler une course autour du monde à la voile en solitaire et son Eco 60 n’est autre que l’ex-Bagages Superior d’Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe 1992/93, le plus ancien bateau de la flotte.

Second sur la ligne, Brad Van Liew sur l’Eco 60 Le Pingouin, a néanmoins rapidement doublé le concurrent polonais pour pointer en tête avec deux milles d’avance, moins d’une heure après le départ. Il faut dire que l’Américain n’en est pas à son premier tour du monde en solitaire. Après une participation à Around Alone (ancien nom de la Velux 5 Oceans Velux 5 Oceans #Velux5Oceans ) en 1998, et une victoire en 50 pieds en 2002, il revient cette année en Eco 60 sur l’ancien Whirlpool de Catherine Chabaud, un bateau puissant et très compétitif qui compte parmi les favoris. Visiblement ému ce matin en quittant les pontons du Bassin des Chalutiers devant les milliers de personnes réunies sur les quais, Brad Van Liew déclarait : "la dernière fois que j’ai participé à la course, ma fille aînée n’avait que 4 mois, mais cette fois je suis l’heureux père de deux enfants et je sais que la solitude sera beaucoup plus pesante. Cela pourrait avoir une influence sur mes performances, mais c’est aussi une motivation pour aller plus vite, arriver premier à Cape Town et passer plus de temps en famille !"

Pas de Français, mais un Francophone

Si le plateau de la Velux 5 Oceans Velux 5 Oceans #Velux5Oceans ne compte cette année aucun skipper français, on ne manquera pas de noter la participation du Belge francophone Christophe Bullens. Après avoir démâté alors qu’il faisait route vers La Rochelle deux semaines avant le départ, Christophe et l’équipe de Five Oceans of Smiles ont réussi in extremis à trouver les fonds pour racheter un Eco 60 et prendre le départ de la course autour du monde. Si le skipper est qualifié depuis longtemps pour l’épreuve, son nouveau bateau lui ne l’est pas. La Direction de Course a autorisé le Belge à prendre le départ de la Velux 5 Oceans, mais il devra effectuer un parcours de qualification de 48 heures avant de pouvoir officiellement s’élancer autour du monde. Ce matin, Christophe était à la fois soulagé et impatient de prendre le départ : "je suis tellement heureux d’être ici. C’est un moment que j’attends depuis deux ans et demi. Il y a eu des obstacles, mais je compte bien aller jusqu’au bout. Je serai de retour à La Rochelle mardi pour finaliser la préparation et sécuriser le bateau et je pense repartir jeudi".

Un autre Francophone était présent aujourd’hui pour le départ, mais côté spectateur cette fois. Le Suisse Bernard Stamm, double vainqueur de l’épreuve, est venu souhaiter bon vent aux concurrents de la Velux 5 Oceans. "Je connais surtout Brad et Derek qui ont participé à la course il y a huit ans. C’est sympa de les voir partir. Aujourd’hui je suis sur d’autres projets, mais je garde d’excellents souvenirs de cette épreuve. Je crois que le Vendée Globe est plus difficile à gagner, mais la Velux 5 Oceans est sans aucun doute la course la plus difficile humainement". Isabelle Autissier, Thierry Dubois, et Jean-Luc Ven Den Heede, trois anciens concurrents de l’épreuve, étaient eux aussi sur le plan d’eau de La Rochelle aujourd’hui pour encourager les skippers.

Cette nuit, les cinq Eco 60 continueront de bénéficier de conditions idéales avec une mer plate, un ciel dégagé et un vent de nord compris entre 15 et 20 noeuds, qui commencera à faiblir demain. Ils filent actuellement à 12 ou 13 noeuds de moyenne et devraient franchir le Cap Finisterre mardi en tout début de journée avant de mettre le cap vers le Sud pour entamer leur longue descente en Atlantique jusque Cape Town en Afrique du Sud, première étape de ce tour du monde en solitaire.



A la une