SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Record

"Un catamaran de série sur le parcours mythique du record de l’Atlantique Nord"

Un Catana 582 sur la trace de Paul Ricard

vendredi 22 mars 2002

Pierre Lasnier, l’assistant météo français de Saint-Nicolas de Sauzon pour cette traversée, vient de donner le feu vert : la fenêtre météo est très bonne, avec tout de suite des vents de sud ouest soutenus. Le Catana 582 devait donc quitter New York jeudi soir et franchir la ligne de départ aux environs de 22 heures françaises, à la bouée d’Ambrose, pointé par le Wssrc (World Sailing Speed Record Record #sailingrecord Council), organisme officiel de gestion des records à la voile.

Avec les acquis de la course au large présents sur un Catana 582 de série et la qualité de sa conception et de sa construction, traverser l’Atlantique avec un objectif "vitesse Vitesse #speedsailing " est apparu à la portée de ses étraves. C’est donc le challenge que s’est fixé l’équipage de Saint-Nicolas de Sauzon III [1].

"Depuis deux ans que les Catana 582 naviguent, des moyennes supérieures à 10 noeuds en croisière sont courantes. Alors, avec un bon équipage, de bonnes voiles et une bonne météo, il nous est apparu possible de viser plus haut", précise Yves Gallot Lavallée, président de Catana et skipper de Saint-Nicolas de Sauzon III.

Une affirmation validée par l’architecte du bateau Christophe Barreau et par Dominique Dorier, skipper maison, qui plus d’une fois a mené le catamaran à des moyennes dépassant les 15 noeuds, avec des pointes à 24/25 noeuds.

Il n’en fallait pas plus pour décider les hommes de Catana de tenter l’aventure Aventure sur ce parcours d’exception : d’abord pour voir quel temps de référence ils pouvaient établir à bord de leur multicoque, puis pour ouvrir la voie aux bateaux de série. En quelque sorte, créer un étalonnage de vitesse Vitesse #speedsailing sur les 2925 milles (5417 km) du parcours. Enfin, après analyse et en tenant compte du potentiel affirmé du bateau, tenter d’approcher voire d’égaler le chrono établi il y a plus de vingt ans par Eric Tabarly sur son trimaran à foils de 16,45 m Paul Ricard. En effet, premier à détrôner Charlie Barr et sa goélette de 56 m Atlantic, sa moyenne en 1980 fut de 11,92 noeuds.

Pour se donner toutes les chances de réussir, Yves Gallot Lavallée a d’abord constitué un équipage de bon niveau. Rappelons qu’il est un ancien coureur de multicoque océanique, avec Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum et Transat en double à son actif.

Puis, Saint-Nicolas de Sauzon III a été minutieusement préparé, comme pour une course. Cependant, les 5 hommes d’équipage effectueront la traversée dans un univers raffiné, le Catana 582 étant dans sa configuration de sortie de chantier, avec habillages bois sellerie cuir, cuisine aménagée, sèche linge ou encore climatisation dans toutes les cabines !

Par ailleurs, afin de prendre la route optimum, ils seront assistés à terre - comme Loïck Peyron ou Olivier de Kersauson - par le sorcier français de la météo Pierre Lasnier.

Information Windevent / http://www.catana-live.com


[1Skipper : Yves Gallot-Lavallée (Fr). Boat Master : Dominique Dorier (Fr). Equipiers : Charles Vieillard Baron (Fr), Fabien Paumier (Fr) et Jacques Lainé (Fr) cameraman


Dans la même rubrique

People : Les nouveaux projets de Catherine Chabaud

Grand Prix Petit Navire : Un plateau prometteur chez les dragons


A la une