SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Tour d’Espagne

Troisième victoire pour Guillemot à Calpe

Les Espagnols Ribes & Pella prennent la 2e place de la plus longue étape

jeudi 24 juin 2010Redaction SSS [Source RP]

Trois sur quatre : visiblement, l’équipage de Safran prend goût à la victoire. La construction de leur victoire dans cette étape, la plus longue et la plus tactique de cette Vuelta España a Vela témoigne de la solidité d’un équipage qui a su agréger des compétences aux facettes multiples. Estrella Damm en pointant en deuxième position récompense ainsi Pepe Ribes son co-skipper qui se devait de faire une performance en arrivant dans ses mers.

Ils en ont fini aux dernières heures de la nuit, forts de leur avance de près de vingt milles sur le reste de la flotte. Leurs dernières heures de mer ont été tranquilles, mélange de prudence et de jouissance du moment présent. Si l’équipage de Safran domine ce Tour d’Espagne, il ne faudrait pas croire pour autant que tout est facile. Pour y parvenir, il a fallu pousser la machine et surtout compter sur des trajectoires au cordeau, veiller à garder à chaque instant la toile du temps. Pour obtenir tant d’un bateau, il faut que l’alchimie du bord fonctionne. La recette à bord de Safran est simple : donner à chaque équipier une large part d’autonomie, lui permettre d’assumer ses choix, faire confiance… Au bout du compte, la méthode donne un équipage profondément uni, capable de réaliser des prouesses.

On connaissait la motivation de Pepe Ribes pour faire un résultat à Calpe. En arrivant chez lui, l’Alicantin voulait réaliser une performance. Aux avant-postes depuis le début de la course, l’équipage d’Estrella Damm craignait ces derniers milles au près dans du vent relativement soutenu. Mais en tirant les bons bords, ils ont su résister au retour de PRB, les derniers milles se faisant sur un rythme de match-racing match-racing #MatchRacing , chaque bateau rendant coup pour coup à son adversaire. Et pour une poignée de secondes seulement, Pepe Ribes et Alex Pella s’imposaient devant l’équipage de Vincent Riou. Le skipper de PRB était à la fois satisfait du comportement de son bateau et déçu qu’une succession de pétotes avaries ne les aient empêchés de se mêler à la lutte pour la première place. Une rupture de barre au large du Portugal leur faisait perdre de précieux milles, puis une fuite de ballast et quelques autres petites bricoles ont mobilisé une grand épart de l’équipage qui ne pouvait dès lors se concentrer à 100% sur la marche du bateau. Défauts de jeunesse, pourrait-on dire quand on sait que PRB a moins de 3000 milles au compteur.

- Info presse FNOB / www.vueltaespanavela.com

- Jean Le Cam : "C’était une étape intéressante avec une grande gamme de conditions de vent. On a tout eu, du vent fort au portant, du vent léger au près, du vent fort au près, du vent léger au portant. C’était beaucoup plus varié que sur les autres étapes. Il ya eu un regroupement à Gibraltar et on ne s’en est pas très bien sorti. On est parti ensuite le long des côtes marocaines et c’était plutôt pas mal. W Hotels et Movistar sont partis le long de la côte espagnole et je pense qu’ils ont eu moins de vent."

- Marc Guillemot : "Après Gibraltar on s’est attaché à toujours faire avancer le bateau. Après la porte, on a vraiment cru que tout le travail que l’on avait produit depuis le cap saint-Vincent allait être réduit à néant. Tout le monde s’est retrouvé dans un périmètre de 1,5 milles environ et c’était vraiment difficile de savoir ce qui allait se passer. On a une équipe intéressante parce que tout le monde est autonome. Nous laissons à chacun son individualité et ses propres objectifs, mais l’ensemble a beaucoup de cohésion. Un peu comme l’équipe de France de football... en 1998."

- Pepe Ribes, (ESP) Estrella Damm : "C’était bien. On a navigué du mieux qu’on a pu. C’était dur de défendre notre position au près, parce que l’on sait que le bateau a un petit trou dans ces conditions. On a décidé de ne pas calquer notre route sur celle des autres. Si on avait décidé de marquer nos adversaires, on faisait un demi-nœud de moins et on perdait cinq degrés en cap. C’est très important pour nous de faire un résultat. On n’a pas très bien navigué sur les étapes cantabriques et on se devait de faire un podium pour prouver aux copains que nous pouvons être dans le coup. C’est parfait de finir second à Calpe. Premier aurait été encore mieux, mais Safran est toujours au bon endroit au bon moment... et ils vont vraiment très vite."


Heures d’arrívée, Étape 4 Sanxenxo - Calpe

- 1. Safran, 05h 08m 13s
- 2. Estrella Damm, 08h 19m 31s
- 3. PRB, 08h 19m 49 s
- 4. W Hotels-Nova Bocana, 09h 52m 44s
- 5. Movistar, 11h 28m 50s
- 6. GAES Centros Auditivos, 12h 57m 36s
- 7.Central Lechera Asturiana 16h 22m 03s
- Pakea Bizkaia encore en course

Classement général provisoire de la Vuelta a España a Vela

Position, Bateau, Skippers, Nationalité, Points (Étape 1, Étape 2, Finisterre, Étape 3)

- 1re Safran, Marc Guillemot, FRA, 7 (1+2+0,5+1+0,5+2)
- 2e PRB, Vincent Riou, FRA, 13,5 (2+1+1+2+1,5+6)
- 3 ème W Hotels-Nova Bocana, P.Rivero/ A.Piris, ESP, 23,5 (4+4+1,5+3+3+8)
- 4 ème Movistar, I.Martínez/ X.Fernández, ESP, 27 (3+3+2,5+6+2,5+10)
- 5 ème Estrella Damm, P.Ribes/ A.Pella, ESP, 21 (5+5+2+4+1+4)
- 6 ème GAES Centros Auditivos, D.Caffari/ A.Corbella, GBR/ESP, 34 (6+6+3+5+2+12)
- 7 ème Central Lechera Asturiana, J.Merediz/ F.Palacio, ESP, 42 (7+7+3,5+7+3,5+14)
- 8e Pakea Bizkaia, J.Mumbrú/ C.Sanmarti, ESP, 48* (8+8+4+8+4+16*)

*Doit finir la 4e étape



A la une