SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

America’s Cup

Le monde de l’AmericA voit tout en… A !

D’America à Alinghi, Aleph, Artemis, All4One et Azzurra

vendredi 19 mars 2010Christophe Guigueno

Le A est à la mode. Dans la mode déjà, un beau mannequin a souvent un prénom qui finit en A. Dans la vie aussi puisque les prénoms de filles plébiscités par les jeunes parents français se terminent en A. En voile, et dans le monde de la Coupe de l’America, il semble que tous les défis se cherchent, puis se trouvent en A ! Mais pourquoi ?

America ? Deux A ! C’était le nom de la goélette qui avait remporté la Coupe des 100 Guinées le 22 août 1851. Avec ses deux A, elle s’impose face à 14 bateaux Britanniques sous les yeux de la reine… VictoriA. « Votre Majesté, il n’y a pas de second » aurait-on dit à la dame. Et pourtant si. Ils seront trois autres bateaux à terminer la course autour de l’île de Wight. Et le second s’appelait… AurorA ! Encore deux A !

Les Américains remportant la Cup, ils la ramènent dans leur club à New York et lui donnent le nom d’America’s Cup America's Cup #AmericasCup . Ils la défendent avec succès pour la première fois en 1870 avec Magic et face à CambriA. Les Américains qui conservent le trophée pendant 150 ans usent peu des noms en A. Seul ColumbiA est utilisé à plusieurs reprises au milieu des Intrepid, Vigilant, Volunteer etc. En face, Anglais puis Canadiens dégainent deux terminaisons en A, sans succès. À la suite de Cambria viennent ainsi LivoriA (1871), AtalantA (1881), GenestA (1885) et GalateA (1886).

Il faudra attendre l’arrivée d’AustraliA en 1977 et 1980 pour ressentir le changement qui sera concrétisé par AustraliA 2 en 1983. Le double A australien met un terme à l’hégémonie américaine. En 1987, Les Néo-Zélandais ont le droit de défendre la Coupe avec KookaburrA 3 mais sans succès. Un an plus tard, les Américains ont repris la Cup et c’est avec AmericA 3 (cube) qu’ils l’a défendent avec succès en 1988 face aux Italiens d’Il Moro de VeneziA. Les Italiens auront une nouvelle chance en 2000 face aux Kiwis avec LunA RossA mais ce sont les Suisses d’Alinghi qui gagnent en 2003 et ramènent la Coupe pour la première fois en Europe. De nouveau vainqueurs à ValenciA en 2007, ils la perdent cette année face à USA 17.

Pendant ce temps, le monde de la Cup s’est divisé et les teams qui n’ont pu participer à la 33e édition en Espagne ont monté un circuit à bord des Class AmericA. Lors de ces Louis Vuitton Trophy, on retrouve donc des équipes franco-allemande, française, italienne etc. Et il semble bien que tous croient aux vertus du A !

Pour preuve quatre des huit participants aux régates d’Auckland ont choisi un nom commençant par un A :
- All4One : équipe franco-allemande des Cercle de voile de Paris et Kieler YC menée par Jochen Schüman
- Aleph : équipe française du YC de France menée par Bertrand Pacé
- Artemis, équipe suédoise du Royal Swedish YC menée par Paul Cayard
- AzzurrA : équipe italienne du YC CostA EsmeraldA menée par Francesco Bruni

Peut-être bien que le cumul des A, et si possible aux deux extrémités, aide à ressentir l’esprit d’AmericA ? Mais si cela marchait à tous les coups, Azzura aurait remporté la Coupe depuis longtemps… ;-)

Christophe Guigueno


Voir en ligne : Photo(s) Christophe Favreau / www.christophefavreau.book.fr



A la une