SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Vendée Globe

Dee Caffari a bouclé son double tour du monde

Après un tour à l’envers, la skipper Aviva termine 6e aux Sables

lundi 16 février 2009Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Dee Caffari à bord de son 60 pieds Open Aviva réussit aujourd’hui 16 février 2009 à 14:13 (heures françaises) une première mondiale en passant la ligne d’arrivée du Vendée Globe.

La navigatrice britannique Dee Caffari, 36 ans, a réussi face à l’adversité et a atteint son objectif de devenir la première femme à avoir fait le tour du monde en solitaire sans escale dans les deux sens. Après 99 jours de mer, l’ancienne professeur de sport de l’Hertfordshire a franchi la ligne d’arrivée en 6e position avec une grand-voile très endommagée.

La solitaire, soutenue par Aviva, le cinquième assureur mondial, avait fait une entrée remarquée dans les livres des records en Mai 2006 en devenant la première femme à avoir fait le tour du monde en solitaire sans escale « à l’envers » (contre les vents et les courants dominants). Ce tour du monde en solitaire lui avait pris 178 jours à bord d’un 72 pieds en acier, le tout au près. Moins de trois ans plus tard, Dee Caffari qui a commencé la voile en solitaire en 2005, a mis moins de 100 jours pour accomplir son tour du monde en solitaire dans le « bon sens ».

Dee était entourée de nombreux bateaux supporters en franchissant la ligne d’arrivée, brandissant des fusées blanches. La solitaire raconte : « C’est tout simplement incroyable ! Voir tous ces gens ici pour me voir franchir la ligne d’arrivée est absolument génial. Le soutien et la reconnaissance ont été incroyables. Je suis assez fatiguée mais je vais être encore sur les nerfs pendant quelques jours. Mon objectif était d’établir un premier doublé mondial et avec Aviva, nous y sommes arrivés. C’est un feeling incroyable de devenir la première femme à avoir fait le tour du monde en solitaire sans escales dans les deux sens. Une expérience comme celle-là ne s’achète pas, c’est trop génial ! »

Pourtant, la course n’a pas été sans incidents et Dee a dû faire appel à sa ténacité et sa détermination pour frayer son chemin jusqu’à la ligne d’arrivée avec sa grand-voile endommagée qui ressemble à un filet de pêche ! La grand-voile est le moteur du bateau pour un solitaire sur un 60 pieds Open en carbone, mais depuis le Grand Sud, Dee a eu des problèmes récurrents sur sa grand-voile qui se désintégrait.

Dans un effort de maintenir sa grand-voile en un seul morceau, Dee a même utilisé les agrafes de sa trousse à pharmacie et a dû découper l’une de ses voiles d’avant (son Code 5) pour coudre des patches sur les parties les plus abîmées.

Trois mois de course au large avec des vents de la force d’un ouragan et des vagues énormes ont laissé la voile en lambeaux. Cependant, la britannique n’a pas perdu de vue son objectif principal, établir un premier doublé mondial et rentrer dans l’histoire.

Dee a ajouté : « J’ai toujours été inquiétée par ma grand-voile. Il faut juste la regarder pour voir dans quel mauvais état elle est. Mais j’ai réussi à bien me battre. J’ai essayé de ne pas me laisser démoralisée, j’avais une chance incroyable de réussir quelque chose de grand, alors une grand-voile abîmée n’allait pas se mettre sur mon chemin. C’était frustrant et fatiguant mais Aviva et moi sommes ici maintenant et je suis au septième ciel ! »

Le Vendée Globe a été parsemé de drames et d’action, avec dix-neuf bateaux qui ont dû abandonner la course sur les trente au départ ce qui a fait de cette course une véritable guerre d’usure. La bataille a été rude mais Dee s’est bien battue pour atteindre son objectif.

La solitaire a ajouté : « Le Vendée Globe a été baptisé « l’Everest des mers » et cette édition a été fidèle à la réputation de la course. Il y avait des désastres et des drames à chaque instant, entre les démâtages, la jambe cassée de Yann Eliès et le chavirage de Jean Le Cam. C’était difficile de ne pas se laisser distraire mais il fallait continuer. Je voulais ramener Aviva, et moi, sain et sauf à la maison, et avec le soutien de mon équipe, j’ai réussi, alors je suis vraiment très contente ! »

- Sarah Loughran, Responsable du sponsoring Sponsoring #Sponsoring chez Aviva Angleterre a commenté : « La performance de Dee est une inspiration pour tous. Elle s’est fixée un objectif, un premier doublé mondial et nous l’avons soutenue tout au long de sa tentative. Aviva et nos employés dans 27 marchés autour du monde sont très fiers d’elle aujourd’hui. Cette course est une preuve de sa détermination, de son courage et de sa ténacité. C’est tout à fait incroyable. Nous sommes fiers de faire partie de l’équipe derrière son extraordinaire performance individuelle. »

Info presse Kelly Russell / www.avivaoceanracing.com


Les temps de Dee Caffari

- Passage à l’équateur : 13j 21h 53’
- Passage à Bonne Espérance : 28j 19h 43’
- Passage au cap Leeuwin : 42j 07h 28’
- Passage de l’antiméridien : 50j 14h 58’
- Passage du cap Horn : 67j 22h 13’
- Passage à l’équateur : 83j 23h 08’
- Arrivée aux Sables d’Olonne : 99j 01h 11’

Arrivées du Vendée Globe

- 1-Michel Desjoyeaux (Foncia) 84j 03h 09’ 08’’
- 2-Armel Le Cléac’h (Brit Air) 89j 09h 39’ 35’’ (bonification de 11h incluse)
- 3-Marc Guillemot (Safran) 95j 03h 19’ 36’’ (bonification de 82h incluse)
- 4-Samantha Davies (Roxy) 95j 04h 39’ 01’’ (bonification de 32h incluse)
- 5-Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) 98j 20h 29’ 55’’
- 6-Dee Caffari (Aviva) 99j 01h 10’ 57’’



A la une