SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Classe 9.50

Batkaré-HF & Sabrosa poussent l’option course

"Légèreté, raideur et fiabilité sont les maitres mots"

mercredi 14 mai 2008Redaction SSS [Source RP]

Les agences Batkaré-HF & Sabrosa se sont réunies sur un projet commun pour concevoir un Class9.50 exclusivement « course » sans compromis, au maximum de la jauge 9.50 initiée par Jean-Marie Vidal et optimiser tout ce qui est possible de prendre en termes de performances directes (carène, appendices, etc.) et indirectes (ergonomie, matossage, etc.)...

Conçu en mousse PVC / verre / époxy, La carène est large – 3.70m – à bouchains évolutifs typique des dernières générations de bateaux Open, permettant de générer une carène avec une largeur limitée à la flottaison (performante dans le petit temps) qui trouve dès 10° de gite une très forte raideur de formes. Le bouchain apporte également un léger gain en dérive. Les formes avant en U s’approchent du concave vers l’étrave, elles permettent d’affiner les lignes d’eau et de garder suffisamment de volume au livet pour une sécurité accrue au portant appuyé. Egalement tendue, la ligne de quille présente un rocker marqué pour améliorer les performances au près dans le petit temps et sécuriser les surfs dans une mer formée.

Optimisées par le bureau d’ingénierie Rougier et renforcés par des simulations CFD réalisées à l’ENSTA section « mécanique des fluides », trois carènes de base et des variantes sont testées et une attention toute particulière est portée sur la phase de "départ planning" et sur la résistance à l’enfournement au planning.

Le plan de pont privilégie les courses en solitaire et/ou en équipage réduit. La principale originalité se situe au niveau du poste de barre assez avancé pour lequel un travail important a été fait au niveau ergonomique pour permettre au barreur d’œuvrer dans le sens de la marche avec les winchs à portée de main. Un cale pied réglable est prévu pour une position confortable à la gite. Le roof est dessiné au minimum de la jauge (3,70m3) pour limiter le fardage, un espace de veille est prévu sous la casquette.

A l’arrière, le cockpit, étudié pour des séquences de manœuvres sécurisées en solitaire, est fermé par un rail circulaire de GV qui permettra un contrôle optimal de celle-ci. Les écoutes de génois et de spi peuvent être ramenées au vent, le winch central se trouve à une hauteur parfaite pour la manœuvre des drisses. Le réglage du Solent est prévu à la mode 3D. A noter que la cloison de rail faisant ainsi office de cloison étanche permet de minimiser le poids aux extrémités en éliminant toutes les structures superflues.

Le plan de voilure est au maximum de la jauge. Le mât, relativement reculé, combiné à un premier étage de barres de flèche boomerang, permet un meilleur centrage des poids et l’utilisation de voiles d’avant importante en surface. Signe de performances dans le petit temps. Il reste équilibré et pensé pour naviguer en équipage réduit. Plusieurs solutions sont envisagées pour le bout dehors, la solution retenue dépendant bien souvent d’un choix du skipper, la version orientable type mini présente bien sûr un léger avantage aux allures abattues.

Toujours en collaboration avec le bureau d’ingénierie Rougier, quatre candidats respectant la jauge ont été étudiés afin de valider les conséquences du placement du mat et du fractionnement. Cette analyse se fait avec des données issues de la voilerie Le Bihan dans la continuité des travaux déjà entrepris sur ce type de gréements.

Les safrans ont un allongement assez important pour un contrôle optimal de cette puissante carène. Ils sont relevables pour diminuer la trainée de la pelle au vent et limiter les risques de casse. La quille présente une surface et une corde moyenne qui ne sacrifie pas les performances dans le petit temps au près.

A l’intérieur, même ligne de conception « course ». Légèreté, raideur et fiabilité sont les maitres mots. La facilité de matossage a été prise en compte, avec une zone sans entrave relativement large derrière le siège de la table à carte. Celle-ci est centrale juste derrière la cloison de mât avec le parc batterie intégré pour des raisons évidentes de centrage des poids. Les bannettes cadres sont positionnées au niveau des ballasts. Une grande soute se trouve en avant de la cloison de mât pour faciliter le matossage en fonction des allures…plus en avant on trouve une partie de l’insubmersibilité et la cloison étanche réglementaire.

Le système de ballast a été pensé dans un souci de simplicité et de fiabilité. 2 schnorkels excentrés et couplés à une pompe permettent, sans se soucier de la gite, de remplir rapidement les 475L. Les bordés droits permettent d’écarter au maximum le CG des ballasts qui participent au mieux à la raideur. Une séparation avant/arrière est envisagée et sera laissée à l’appréciation du skipper.

Toutes les études menées sur ce Class9.50 RACING, que plusieurs chantiers sont prêts à construire en version prototype, devraient aboutir à une version course/croisière en vue d’une production en petite série...


Caractéristiques

- Longueur HT  : 11.50 m
- Longueur WL  : 9.50 m
- Bau maxi  : 3.70 m
- Tirant d’eau  : 2.40 m
- Déplacement  : jauge 9.50
- Ballasts  : 475L
- Surf. Max au près  : 80 m2
- Puissance moteur  : 13Kw
- Bi safran
- Mât Carbone
- Catégorie CE  : A

Sites des designers
- Batkaré-hf Sarl / Hugues Farsy / www.batkare-hf.com
- Sabrosa yacht design / Olivier Gouard / www.sabrosayachtdesign.com
- François Rougier Ingénierie / www.rougier-ingenierie.com



A la une