SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse

Velux 5 Oceans

Petite histoire d’un tour du monde avec escales

Du Golden Globe au BOC à 5 Oceans en passant par Around Alone

mercredi 18 octobre 2006Information Velux 5 Oceans

Les solitaires de la Velux 5 Oceans 2006
Pour bien des marins, le tour du monde en solitaire avec escales reste la plus belle des courses. Si elle a changé de nom à plusieurs reprises pour s’appeler désormais la VELUX 5 OCEANS Velux 5 Oceans #Velux5Oceans , son principe et son esprit sont restés les mêmes : une longue et intensive régate autour du monde, en solitaire, sans assistance. C’est au travers de cette épreuve que des marins jusqu’alors inconnus sont entrés dans le gotha de la course au large.

Les solitaires de la Velux 5 Oceans 2006
Alex Thomson (Hugo Boss), Bernard Stamm (Cheminees Poujoulat), Graham Dalton (A Southern Man-A.G.D.), Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukoh), Mike Golding (Ecover), Sir Robin Knox-Johnston (Saga Insurance), Tim Troy (Margaret Anna), Unai Basurko (PAKEA)

Le Golden Globe, naissance d’un mythe En 1968, le journal britannique "The Sunday Time" organise la première course à la voile autour du globe, en solitaire et sans escale, le Golden Globe. Sir Robin Knox-Johnston sortira vainqueur de l’épreuve, après plus de 300 jours de navigation. Sur les neuf bateaux ayant pris la mer, Il sera le seul à franchir la ligne d’arrivée. En effet, la course est endeuillée par la perte en mer de Donald Crowhurst et le suicide de Nigel Tetley après son abandon.

Le premier BOC Challenge En 1982, le Golden Globe sera remplacé par le BOC Challenge, celui-ci comprendra plusieurs escales. Le tout premier BOC Challenge est lancé fin août 1982 rassemblant une flotte de 17 bateaux parés pour affronter un tour du monde. Parmi les concurrents, un inconnu du public, Philippe Jeantot, va marquer de son empreinte ce premier BOC en remportant les quatre étapes après 159 jours de navigation autour du monde.

25 marins en 1986 Le deuxième BOC Challenge réunit 25 marins au départ de Newport, dont 11 bateaux spécialement conçus pour la course. Philippe Jeantot est revenu pour défendre son titre, mais il aura affaire à une concurrence de taille. C’est le Sud-Africain John Martin qui remporte la première manche et Titouan Lamazou la seconde. Malgré tout, grâce à son talent, sa pugnacité et sa belle régularité, Jeantot remporte le BOC pour la seconde fois, améliorant son temps précédant de 25 jours.

En 1990, la course change de nom : Around Alone A ce moment là, le design de la Classe Open a beaucoup évolué, plus extrêmes, les bateaux sont plus larges, ils possèdent des ballasts d’eau, en fibre de carbone, ils portent alors des surfaces de toile beaucoup plus importantes. Le bateau de Philippe Jeantot, plus classique, ne fait pas le poids face à ceux de Christophe Auguin ou Alain Gautier. Les Français seront tous les trois sur le podium. Auguin et Gautier sont respectivement arrivés premier et deuxième laissant à Jeantot une modeste et distante troisième place. La Classe 2 est également remportée par un marin français, Yves Dupasquier, qui gagnera chacune des quatre manches.

1994, la seconde victoire de Christophe Auguin La course est devenue un grand classique de la course au large et elle compte le calendrier des courses. Les organisateurs choisissent de commencer et de finir la course à Charleston en Caroline du Sud. Isabelle Autissier, très en tête de la flotte au Cap Horn, démâte une première fois et s’arrête aux Kerguelen pour réparer et repartir. Elle démâte une seconde fois et doit abandonner son bateau. Isabelle sera secourue par un bateau de la marine Marine Marine nationale australienne. C’est Christophe Auguin qui remportera la course et fêtera ainsi sa seconde victoire.

1998, la victoire pour l’Italie Giovanni Soldini s’est engagé sur Around Alone à la barre d’un 60 pieds flambant neuf, Fila. Le duo a réalisé un sans faute sur la course, voire au-delà. En effet, Soldini, alors en tête, sauve Isabelle Autissier dont le bateau est retourné dans le grand Sud. De son côté, Mike Golding qui prend la tête à mi-parcours, s’échoue au nord de la Nouvelle Zélande. Ses principaux adversaires ayant abandonné, Giovanni Soldini s’empare de la première marche du podium. En Classe 2 où Jean Pierre Mouligné, Mike Garside et Brad van Liew livrent une bataille passionnante de laquelle Mouligné sortira vainqueur.

2002, Stamm domine l’épreuve Sur quatre étapes, Bernard Stamm en a remporté trois malgré un arrête pour réparer sa quille aux Malouines. Ce tour du monde l’a consacré champion du monde FICO/IMOCA Imoca #IMOCA en 2003. Emma Richards la plus jeune concurrente de la course, était aussi la première femme à la terminer.

Après sept éditions (dont six avec escales), le tour du monde, désormais baptisé VELUX 5 OCEANS Velux 5 Oceans #Velux5Oceans , a gagné ses lettres de noblesse et demeure une course exceptionnelle, dont la dimension touche à ce qu’il y a de plus spectaculaire et de plus intense dans la course au large, tant sportivement qu’humainement.

Les podiums

1968-1969 : Suhaili, Robin Knox-Johnston GBR en parcourant 30123 milles en 313 j en passant par les Caps de Bonne Espérance et du Horn.

1982-1983 : Crédit Agricole, Philippe Jeantot FRA en 159 j 2 h 26’ (4 étapes : Newport-Le Cap : 7100 milles, Le Cap-Sydney : 6900 milles, Sydney-Rio : 6900 milles et Rio-Newport : 5300 milles).

1986-1987 : Crédit Agricole, Philippe Jeantot FRA en 134 j 5 h 23’ (même route qu’en 1982).

1990-1991 : Groupe Sceita, Christophe Auguin FRA en 120 j 22 h 35’ (3 étapes : Le Cap-Sydney-Punta del Este 27000 milles).

1994-1995 : Groupe Sceita, Christophe Auguin FRA en 121 j 17h11’ (4 étapes : Charleston-Le Cap 6865 milles, Le Cap-Sydney 6998 milles, Sydney-Punta del Este 6914 milles, Punta del Este-Charleston 5751 milles).

1998-1999 : Fila, Giovanni Soldini ITA en 116 j 20 h 7’ 59” (4 étapes : Le Cap-Auckland-Punta del Este-Charleston 27 000 milles).

2002-2003 : Bobst-Group Armor Lux, Bernard Stamm SUI en 115 j 18 h 27’23” (5 étapes : New York-Torbay GBR 2 930 milles, Torbay-Le Cap AFS 6 880 milles, Le Cap-Tauranga NZE 7 125 milles, Tauranga-Salvador BRE 7 850 milles et Salvador Newport USA 7 435 milles). En classe monocoques classe 2 : Tommy Hilfiger-Freedom of America , Brad Van Liew USA en 148 j 16h54’52”.


Les tours du monde et le Vendée Globe

Le communiqué ci-dessus est un communiqué diffusé par les organisateurs de la Velux 5 Oceans. Cette course est organisée depuis deux éditions par la société de Sir Robin Knox-Johnston, le vainqueur du Golden Globe 1968…

C’est ainsi qu’ils attribuent l’origine de cette course par ce premier tour du monde qui était avant tout une course contre la montre. Les concurrents n’étaient pas partis au même moment et on se souviendra de la "Longue Route" du Français Bernard Moitessier qui avait décidé de poursuivre le chemin pour "saver son âme".

Après ses victoires dans les deux première éditions, un autre Français, Philippe Jeantot, décide de créer le Vendée Globe Challenge afin de concrétiser une idéée née des premiers concurrents au cours d’une des escales.

Ce qui deviendra le Vendée Globe est alors la première course autour du monde en solitaire à la voile SANS escale. La première édition, en 1989, est remportée par Titouan Lamazou.

Ce communiqué ne fait aucunement référence au Vendée Globe… Il pourtant lui-aussi un enfant de l’originel Golden Globe et se dispute, lui aussi, tous les quatre ans et sur des monocoques de 60 pieds.

Ch.Guigueno



A la une