Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

BARCELONA WORLD RACE

Riou et Josse en tandem de choc !

"Si nous faisons le cumul des milles parcourus et que nous le rapportons à notre âge, on obtient une bonne moyenne"

mercredi 28 juin 2006Redaction SSS [Source RP]

A eux deux, ils cumulent déjà quatre tours du monde. Ensemble, ils devraient prendre le départ, le 11 novembre 2007 d’une cinquième circumnavigation : la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace , tour du monde en double par les trois caps.

Vincent Riou, vainqueur du dernier Vendée Globe, a en effet choisi d’inviter à bord de PRB, Sébastien Josse, l’un des marins français les plus expérimentés autour du monde (à son actif, un Trophée Jules Verne, un Vendée Globe et une Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace ) pour la course initiée par Offshore Challenges.

Le skipper de PRB, qui mettra son nouveau monocoque à l’eau durant le mois d’août, a d’ores et déjà défini, avec Sébastien, un programme sportif complet qui leur permettra d’arriver à Barcelone avec un fonctionnement rôdé et un bateau fiabilisé. Au vu de leurs expériences respectives, l’association Riou / Josse sera certainement l’une des plus redoutables de la flotte. Vincent et Sébastien nous expliquent pourquoi ce projet les enthousiasme tant.

Interview croisée de Vincent Riou et Sébastien Josse

1 - Quelles sont les raisons qui vous ont poussées à former ce duo ?

- Vincent : Quand cette course a été annoncée, je me suis demandé avec qui je voulais la faire avant même d’être sûr de vouloir y participer. Alors j’ai fait une petite liste. Et puis, le plus simple, le plus complémentaire et la personne avec laquelle humainement je me sentais prêt à m’engager sur cette épreuve, c’était Jojo. Je crois que nous avons la même approche de la navigation.

- Sébastien : Vincent m’a proposé de naviguer avec lui sur cette course il y a un an. Donc ce n’est pas quelque chose de nouveau. Je voulais attendre la fin de la Volvo pour prendre ma décision mais je lui avais donné mon accord de principe sur l’étape de Portsmouth. De plus, Vincent a l’expérience du Vendée Globe. On se connaît, nous avions travaillé ensemble pour la préparation de nos monocoques 60’. Et puis, nous avons été très en contact pendant le Vendée Globe. Il y a un bon feeling entre nous et le projet de Vincent est vraiment solide.

2 - Depuis quand vous connaissez-vous ?

- Vincent : On se connaît depuis la sélection Crédit Agricole de Sébastien, c’est-à-dire depuis 1997. J’ai navigué contre lui, nous nous sommes entrainés ensemble au centre d’entraînement de Port La Forêt. Et puis, nous nous sommes lancés à peu près en même temps sur nos projets monocoques 60’ et avons travaillé ensemble au sein de Mer Agitée. Pendant le Vendée Globe, on a également partagé pas mal de choses.

- Sébastien : Cela fait effectivement 8 ou 9 ans que nous nous croisons. Mais depuis 3 ou 4 ans, on se connaît mieux.

3 - A vous deux, vous cumulez quatre tours du monde (le Vendée Globe pour les deux et deux tours du monde en équipage pour Sébastien), vous serez l’équipage de l’expérience ?

- Vincent : C’est vrai que lorsque nous faisons le cumul des milles parcourus et que nous le rapportons à notre âge, on obtient une bonne moyenne ! Je pense que le nouveau PRB est un très beau projet et que nous avons l’expérience suffisante pour être dans les favoris. En plus, nous avons un excellent contexte technique. Le bateau sera mis à l’eau 14 mois avant le départ de la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace . Il n’y a pas de raison que nous n’arrivions pas à faire quelque chose de bien dans cette course. C’est aussi ce qui a séduit Jojo. On va mettre toutes les chances de notre côté avec, notamment un programme sportif très complet. C’est aussi cela qui rend le projet attractif. Sur le papier, aujourd’hui, les conditions sont idéales.

- Sébastien : Le projet de Vincent est parfaitement bien mené. L’objectif est de gagner la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace . PRB sera mis à l’eau plus d’un an avant le départ de la course. Nous allons faire une transat retour du Rhum ensemble puis les courses en équipage. Nous allons beaucoup naviguer et nous serons fins prêt pour le départ. Nous aurons eu le temps de fiabiliser et d’optimiser PRB si besoin. Et si le facteur technique est important, l’humain l’est tout autant. Ces navigations vont nous permettre d’apprendre à nous connaître et à voir ce que l’on peut s’apporter l’un à l’autre.

4 - Après des tours du monde en équipage et en solo, comment appréhendez-vous cette expérience en double ?

- Vincent : On va aller encore plus vite ! Le double sera plus proche du solo que de l’équipage. Nous en avons tous les deux la connaissance. On ne sera pas à fond tout le temps, mais pas loin... On exploitera à fond le potentiel du bateau et cela, sur la durée. A mon avis, ce sera plus dur que le solo. L’utilisation du bateau ne sera pas limitée, il faudra juste trouver le temps de dormir. Sur le plan humain, partir trois mois en double, obligera à beaucoup de souplesse. Et ça, on l’acquiert avec l’expérience.

- Sébastien : En double, on va pouvoir pousser davantage le bateau. Et ce sera moins de stress, moins de responsabilités. On ne confiera pas tout à l’électronique contrairement au solo où, pour aller dormir, tu dois faire confiance au pilote automatique. En résumé, ce sera moins de stress mais davantage de performance.

5 - Faire un tour du monde un an avant le Vendée Globe, cela n’a-t-il pas des inconvénients ?

- Vincent : Aujourd’hui, je n’ai pas la réponse. Mais j’ai quand même l’impression qu’il y a plus de risques à ne pas faire cette course qu’à la faire. Car la cadence référence pour le prochain Vendée Globe, ce sera non pas celle du Vendée Globe 2004 mais celle de la Barcelona World Race. Les skippers qui n’auront pas participé à cette course risquent de se faire surprendre sur le Vendée. Une chose est sûre, tout ce qu’on aura appris sur ce tour du monde en double nous servira pour le solo.

- Sébastien : Je ne pense pas non plus qu’il y ait des inconvénients. PRB sera fiabilisé avant le départ. Le projet de Vincent est parfaitement dans le timing pour cette course. A l’issue de cette course, il connaîtra son bateau sur le bout des doigts et ce sera un énorme avantage pour le Vendée Globe. Moi, je n’ai vraiment connu VMI qu’à la moitié de mon tour du monde.

6 - Comment voyez-vous la flotte de cette Barcelona World Race ?

- Vincent : Il y a pas mal de personnes intéressées pour y participer. J’espère simplement que la flotte sera de haut niveau et la plus internationale possible.

- Sébastien : J’espère qu’il y aura au moins 10 à 12 bateaux. Ce serait super ! En tout cas, je suis sûr que le vainqueur du prochain Vendée Globe aura participé à cette course.

Info presse Effets Mer / PRB



A la une