SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Tour du monde

Un monotype de 52’ pour un tour en solo en deux étapes

SalingOne projette de lancer la "Solo-Océane" entre Figaro et Vendée Globe

jeudi 2 février 2006Christophe Guigueno

Une nouvelle venue dans le monde des courses au large autour du monde ? C’est possible avec le projet "Solo-Océane" que vous dévoile SeaSailSurf.com. Il s’agit d’un tour du monde en deux étapes sur un monotype Monotype #sportboats de 16 mètres à quille pendulaire... L’auteur de ce projet ? Yvan Griboval, organisateur du Trophée des Champions duquel il s’inspire pour proposer ce nouvel événement qui pourrait s’intercaler entre la Solitaire Afflelou Le Figaro (en monotype Monotype #sportboats ) et le Vendée Globe (en prototype).

Yvan Griboval est connu comme l’organisateur du Trophée Clairefontaine des champions. Un rendez-vous annuel devenu un classique du circuit voile : huit invités régatent à La Trinité sur Mer (en général) début septembre sur des catamarans monotypes, les SailingOne de 25 pieds (7,65 mètres de long). Ces catamarans monotypes sont conçus par Griboval exclusivement pour cet événement. Fort de ce succès, l’organisateur a imaginé développer ce concept pour créer un circuit international et même un grand-prix à Paris. Si toutes ces idées ne se sont pas encore concrétisées, le voilà donc qui rebondit avec un programme de course autour du monde en solitaire en monotype Monotype #sportboats .

Du concept Trophée Clairefontaine, Yvan Griboval reprend les idées maîtresses :

- La monture est monotype Monotype #sportboats . Comme pour le SailingOne 25, le S52 (ou Sailing Fifty Two ou encore le Sailing 52 puisque les deux marques seraient déjà déposées) a été conçu par Yvan Griboval lui-même. Pour le dessin, le travail aurait été confié au Groupe Finot qui a déjà fourni une esquisse (cf ci-dessus). Deux intervenants de luxe, au titre de "conseillers techniques", seraient chargés des premiers tests sur l’eau. Il s’agirait de Michel Desjoyeaux et Jean Le Cam. Pour la construction du monotype, SailingOne, la société de Griboval, aurait lancé un appel d’offre "dans le but de garantir une qualité de monotypie parfaite" auprès d’un "commando de la construction high-tech" dixit le document confidentiel. Il en résulterait donc d’un 52 pieds (15,85 mètres à la flottaison, 16 mètres de coque) inspiré des 60 pieds Open. Equipé d’une quille pendulaire, il pourrait tirer ses premiers bords au printemps ou à l’été 2007.

- Commercialisation du monotype. Tout comme le catamaran vendu sous une forme assagie, le monocoque sera lui-aussi mis en vente par la société SailingOne. La principale différence étant cette fois-ci que l’organisateur ne fournirait pas les montures aux équipes comme c’est le cas sur le Trophée mais que les courses seraient organisées pour les skippers et/ou propriétaires.

- Un nombre limité d’entrées. Si le Trophée Clairefontaine invite tous les ans huit grands champions, la Solo-Océane serait ouverte à tous les candidats mais avec un nombre limité de 8 à 12 participants (la première année). Enfin tout dépendra sans doute du succès des ventes du monotype...

Le tour du monde est à la mode... monotype ?

A partir de son expérience dans le domaine de l’organisation Organisation #organisation d’événements, SailingOne s’attaquerait donc à un nouveau marché afin d’infiltrer le monde des organisations de tours du monde. Le circuit de voile en compte déjà beaucoup. Le premier fut le Golden Globe de 1968 lancé sous forme d’un pari pour honorer le meilleur temps autour du monde à la voile en solitaire. Puis il y eut la Withbread (devenue la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace ) en équipage en 1973 et, pour les solitaires, Around Alone en 1981 et le Vendée Globe en 1989. Le succès planétaire de ce dernier a fait des émules avec le demi-tour du monde vers la Chine organisé par Mike Golding (épreuve annulée et transformée) et le futur tour du monde en double organisé par Mark Turner (la Barcelona Race).

Griboval tenterait donc de lancer un intermédiaire sur de plus petits bateaux (les 50 pieds ne sont plus admis sur le Vendée Globe). Avec son 52 pieds (pourquoi pas 50 ?), il propose pour la première fois un tour du monde en solitaire en monotype. Originale, la course se disputerait sous la forme de deux étapes ! "France - Nouvelle Zélande [1] en octobre - décembre 2007" puis "Nouvelle Zélande - France en janvier - mars 2008". Alors que la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace a multiplié les étapes et inclue désormais des portes de passage, qu’Around Alone devenue 5 Oceans a diminué ses manches pour passer à trois, le concept d’un tour du monde en deux grands sauts est du quasi jamais vu. La dernière et unique fois date de... 1974 ! Qui se souvient de la Clipper Race dont Olivier de Kersauson remporte (en équipage) la première étape sur Kriter II entre Londres et Sydney ? Un tour du monde en solo en deux étapes serait donc une grande première elle-aussi.

Premier tour en deux étapes depuis la Clipper Race

Ce concept de compétition qui serait renouvelé tous les deux ans, offrirait un classement au temps par étapes et cumulé sur deux manches. Mais il y aurait un classement par skipper et un classement par team. C’est à dire qu’une équipe pourrait présenter deux skippers et s’engager à prendre part aux deux parties de la course. Autour du tour du monde, les monotypes pourraient participer à d’autres régates plus conventionnelles dès l’instant où une ligne de départ leur serait proposée "à l’image de la Giraglia, de la Fastnet Race, de Sydney-Hobart, de Cowes-Dinard, de la Round Gotland Race, de la Channel Race, etc.". On imagine en effet difficilement ces monocoques de course au large bord à bord avec des TP52 entre trois bouées... Quant aux courses au large de type Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum ou Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 ...

Alors que se posent des questions quant à la lisibilité de la voile au large dans les médias, voici donc un nouveau concept qui pourrait s’immiscer entre les différentes classes existantes. Dans le document classé confidentiel, il est clairement précisé que "la Solo-Océane® a vocation de s’inscrire en compétition intermédiaire entre les périples atlantiques et les circumnavigations sans escale de la Filière course océanique en solitaire sur monocoques. Cette filière serait ainsi constituée de : la Transat 6,50, la Solitaire Afflelou Le Figaro, la Solo-Océane®, le Vendée Globe." Entre la Mini et le Vendée disputés en 21’ et 60’ prototypes (et division "série" mais pas monotype pour les 650), il y aurait donc les Figaro-Bénéteau et les S52 monotypes armés par les concurrents pour un programme intermédiaire de courses au large.

Quille pendulaire et mât aile pour ce mini 60’ Open

Ce gros Figaro-Bénéteau dont la première version avait été conçue par le Groupe Finot (la version 2 a été dessinée par Marc Lombard) ferait donc 16 mètres de long. Soit 2,30 mètres de moins qu’un 60 pieds Open. Selon les premières esquisses définies par Jean-Marie Finot et Pascal Conq, le coursier disposerait d’une quille pendulaire à 40° (comme un 60’) et de dérives (non présentées sur le dessin). Sa largeur de coque serait importante avec 5,20 mètres soit 20 cm de moins que VMI (plan Finot-Conq né sous le nom de Sodébo). Le tirant d’eau de 4,20 mètres serait aussi très proche de celui des 60 pieds (4,50 m). Enfin, l’avant projet propose un mât aile. Le Groupe Finot avait d’ailleurs équipé ses monotypes du tour d’Italie d’un espar en carbone rotatif façon Open 750 Open 750 #open750 . Le concept élaboré par les architectes multiples vainqueurs du Vendée Globe est donc, sur le papier, bien intéressant. Reste à savoir, si le projet se concrétise, à quel prix sera proposé le voilier en ordre de naviguer...

Interrogés par téléphone, la société SailingOne puis Yvan Griboval lui-même ont confirmé que la Solo-Océane est avant tout un "projet en cours de développement" sur lequel ils travaillent. Il y a bien eu "une consultation auprès des coureurs et de leur environnement Environnement " et ce, depuis le salon Salon #Salonnautique nautique de décembre 2005. Un premier jet du projet a même été rédigé et présenté par "Yvan Griboval (SailingOne) le 16 décembre 2005 au Comité Directeur de la FFVoile". Griboval communiquera d’ailleurs "officiellement" quand il sera en mesure de "présenter le prix du bateau et le lieu de départ de la course ainsi que le règlement de toute l’opération". Rendez-vous au printemps pour un complément d’informations.


• Les grandes dates du lancement de la Solo-Océane® [2]

- Janvier 2006 : Démarrage de la réalisation des plans du S52® - Appel à candidatures des sites de départ/arrivée de la Solo-Océane®
- Mars 2006 : Démarrage de la fabrication des outillages de construction des S52®
- Juillet 2006 : Mise en chantier du premier S52®
- Septembre 2006 : Annonce du site de départ/arrivée de la Solo-Océane®
- Novembre 2006 : Essais du premier S52®
- Janvier 2007 : Production en série des S52®
- Septembre 2007 : Qualification des solitaires de la première Solo-Océane®
- Octobre 2007 : Départ de la première édition de la Solo-Océane®

• Caractéristiques (provisoires) du S52

- Architecte naval : Groupe Finot-Conq
- Construction : Carbone
- Longueur de coque : 16,00 m
- Longueur à la flottaison : 52’ (15,85 m)
- Largeur : 5,20 m
- Tirant d’eau : 4,20 m
- Déplacement : 5,2 t
- Poids du lest : 2,1 t
- Quille : Inclinable à 40°
- Hauteur du mât : 22,20 m au-dessus du pont
- Surface du mât : 7,4 m2
- Surface de GV : 132 m2
- Surface de Solent : 83 m2
- Surface de trinquette : 35 m2 / 5 m2
- Surface de Gennaker : 156 m2
- Surface de Spi : 280 m2
- Rapport de puissance : 40 m2/t (Rapport de puissance d’un 60’ ORMA : 50 m2/t - Rapport de puissance d’un 60’ IMOCA : 32 à 35 m2/t)


[1La ville d’accueil austral devrait être Auckland

[2D’après le document confidentiel de SailingOne



A la une