Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Solitaire Afflelou Le Figaro

Denis Horeau dresse le bilan de la 35e Solitaire

Classement général final • Charles Caudrelier vainqueur • Jean-Luc Nélias premier bizuth

vendredi 13 août 2004Information Solitaire du Figaro

Denis Horeau, directeur de course de La Solitaire Afflelou Le Figaro depuis neuf ans, qui lâchera la barre à la suite de cette 35e édition, revient sur le cru 2004, qui a sacré Charles Caudrelier (Bostik Findley). Et ce à l’issue d’une épreuve qui comprenait deux très courtes étapes. Le bilan sportif de cet expert en Solitaire...

Arrivée de Charles Caudrelier à Quiberon
Photo : Ch.Guigueno / Pipof.com/voile

Un petit mot sur Charles Caudrelier ?
- Denis Horeau : « Charles en est à sa cinquième Solitaire. Quand il est arrivé, il avait la fougue de la jeunesse. Puis on l’a tous vu mûrir petit à petit. Il y a quelques mois, je pensais déjà qu’il avait atteint la maturité nécessaire - tant sur l’eau que dans la vie - pour gagner. Cela se vérifie. »

Quel premier bilan faites-vous de cette 35e ?
- D.H. : « C’est une édition assez atypique de par son format, avec deux étapes courtes (la première et la dernière) et deux étapes plus classiques. Mais il s’agissait d’imaginer une vraie épreuve sportive qui devait s’intercaler entre la fin du Tour de France Cycliste et les JO d’Athènes. Les coureurs ont vraiment ressenti ce facteur temps : ils avaient peu de temps pour se reposer après les étapes et se préparer pour la suite. On a ressenti une pression supplémentaire augmenter au fil de l’épreuve. Cette édition n’en a pas moins été sportive, mais la propension de chacun à gérer ce rythme soutenu a énormément compté. On voit d’ailleurs qu’en tête, il n’y a que des skippers qui ont l’expérience nécessaire pour s’adapter au format de la course qu’ils disputent. »

Sur le plan de la météo, que retenez-vous ?
- D.H : « Comme dirait Eric Drouglazet, La Solitaire, c’est un peu le championnat du monde de la pétole. On n’a pas échappé aux petits airs. Mais cette fois, il y a eu la quatrième étape, un run de 24 heures 24 heures Record de distance parcourue sur 24 heures avec beaucoup de vent et la mer du vent. Une sorte de vrai col de montagne à franchir. Les premiers n’ont pas cassé grand chose, derrière en revanche il y a beaucoup plus de casse matérielle. Mais tout le monde est arrivé à bon port, il a eu une vraie maîtrise de la flotte. »

Il y a beaucoup d’étapes avec des marques à virer le long des côtes, qui faute de vent, ont pu jouer sur les classements ? Qu’en pensez-vous ?
- D.H. : « Il est vrai que « la pétole » et les courants reviennent souvent dans le scénario des étapes. Mais si on peut imaginer en atténuer les effets, on ne peut pas tout faire non plus. La Solitaire, c’est une course au large, avec des cailloux, des courants, des petits airs et de la brise. L’objectif n’est pas d’établir des parcours types issus de la régate - parcours entre trois bouées - qu’on adapterait à des dimensions européennes. »

C’est votre neuvième Solitaire et la dernière. Quelles évolutions observez-vous sur l’épreuve sur cette dernière décennie ?
- D.H : « Ce n’est pas tant la Solitaire qui évolue, c’est la pratique du sport qui évolue. On voit une nouvelle génération de coureurs qui ne sont pas nés au large sur le pont de Pen Duick et aux côtés d’Eric Tabarly. Depuis 5 ans, les skippers viennent plus volontiers de la voile légère et olympique à la course au large en solitaire. Ils sont plus professionnels et plus individualistes aussi. »

Est-ce à dire que pour gagner La Solitaire - comme Armel Le Cléac’h en 2003 et Charles Caudrelier cette année - il faut être de cette nouvelle génération ?
- D.H : « La pratique professionnelle est assurément un gage de résultat. Mais on voit encore des coureurs atypiques faire de belles choses : comme Kito de Pavant, vainqueur en 2002, ou même Gérald Véniard, 2e bizuth cette année. Gérald est venu à la pratique de la voile après deux tours du monde avec son père. Je l’ai vu sur l’eau, il a la vitesse Vitesse #speedsailing et ne manque pas d’audace, et je pense qu’il va bientôt faire des résultats. On voit aussi que l’épreuve reste ouverte à ces comètes, à ces talents spontanés... »

Laure Faÿ

Echos du large

• Toute la flotte à bon port

Cette 4e et dernière étape s’est fort bien déroulée, malgré des rafales de vent à plus de 45 nœuds. Cette nuit en mer, en plein golfe de Gascogne, restera d’ailleurs comme le point fort de cette 35e édition. Gijon-Quiberon 2004. 26 heures après le coup de canon donné à Gijon, les arrivées se succèdent en effet à cadence grand V dans le port de Quiberon. Les skippers débarquent avec la « tronche » des grands jours, témoin d’une passe d’arme qui va ne laisser que des bons souvenirs, de ceux que l’on a un jour plaisir à raconter... « Cela restera une dernière étape d’anthologie. Nous avons même été obligés de calmer le jeu Jeu #jeu dans la nuit, témoigne Yann Eliès, le vainqueur de cette course effrénée au passage des grains et des orages. Même les meilleurs se sont fait peur... A un moment, je me suis dit : ce n’est pas bien raisonnable, les enfants m’attendent à l’arrivée ! Cela commençait à devenir malsain. On a calmé le jeu Jeu #jeu pendant dans la nuit et puis, au petit jour, on a remis le couvert ! »

Mais le bilan le plus satisfaisant est que tous les skippers ont navigué à leur rythme. Philippe Bossard (Karukera) ferme la marche 7h30 derrière le vainqueur Yann Eliès (Groupe Generali Assurances). Et alors ? A juste titre, il peut être fier de cette traversée du Golfe, que peu de marins auront réalisée dans pareilles conditions. Le vainqueur l’a dit sans ambiguïté dès son arrivée. « C’était une étape de marins, de costauds ». Bertrand Lecharpentier (Entreprendre en Pays d’Auge-Calvados) en sait quelque chose. Après avoir démâté juste après le départ, il est arrivé sous gréement de fortune ce vendredi 13 en milieu d’après-midi. Un signe non ?

Nicolas Raynaud

• Jean-Luc Nélias (Chauss-Europ), un premier bizuth qui n’a rien d’un dernier né...

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! Jean-Luc Nélias sur Chauss-Europ termine 7e à 3h32’19’’ de Charles Caudrelier (Bostik Findley). Parti pour terminer dans les 10 premiers, il remplit haut la main son contrat et empoche le titre de 1er bizuth de cette 35e Solitaire Afflelou Le Figaro. Il relègue le 2e Bizuth, Gérald Véniard (Scutum), à neuf places derrière et lui administre un écart de presque 5 heures. Mais ce bizuth qui vient du large a de sérieux bagages. Ce marin de 42 ans, marié et père de deux enfants, est déjà vainqueur d’une palanquée de grandes courses comme la Transat Québec/Saint-Malo ou encore la Course de l’Europe. Il a aussi fréquenté les podiums de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 ou du Challenge Mondial Assistance. Bref, il possède un palmarès des plus éloquents, même s’il n’avait encore jamais croisé l’étrave sur l’épreuve reine de la course en solitaire. C’est dorénavant chose « bien » faite ! Jean-Luc Nélias : « Je termine 7e au Classement Général de La Solitaire et 1er bizuth... Ce n’est pas si mal. 1er bizuth, c’est certes mieux doté que 7e au Général mais cette place est plus importante pour moi car je termine entre Eric Drouglazet et Kito de Pavant qui sont des figaristes reconnus. Cela est plus représentatif ! ».

Pierrick Garenne

• Les sept mercenaires de Port-La-Forêt

Le classement final de La Solitaire Afflelou Le Figaro est sans appel : les cinq premiers forment d’abord une sorte de « quinté plus ». Charles Caudrelier (Bostik Findley), Yann Eliès (Groupe Générali Assurances), Jérémie Beyou (Delta Dore), Armel Le Cléac’h (Foncia-TBS) et Erwan Tabarly (Thales) ont en effet un point commun et pas des moindres : ils viennent tous tout droit du Pôle France Finistère Course au Large, la célèbre institution qui forge des tempéraments de champions. Très jeunes, avec une moyenne d’âge pour ce quinté de tête de 29 ans - ils représentent sans aucun doute la nouvelle génération des coureurs au large, pleine d’avenir et avec de beaux succès en perspective.

Et c’est sans compter avec les deux suivants au général - Eric Drouglazet (Crédit Maritime-ZeroTwo) et le bizuth de 42 ans Jean-Luc Nélias (Chauss-Europ’) - membres aussi à part entière du Pôle. Au total, « les sept premiers sont effectivement de chez nous » commente Christian Le Pape. « C’est une belle réussite pour les coureurs. Mais c’est assez logique : le centre accueille de plus en plus de coureurs de talent, des jeunes et des moins jeunes. Il y a une émulation autour de la structure. Il y a la technique bien sûr qu’on travaille beaucoup, mais il y a aussi de l’émotion et beaucoup d’échanges. Tous viennent pour apprendre ou perfectionner leur métier de coureur au large. Cela forme une dynamique et c’est vrai que pour l’instant, ça fonctionne... »

L.F 


Classement Général au temps à l’issue de l’étape 4 : Gijon - Quiberon

- 1 CAUDRELIER Charles 5 Bostik Findley en 220h53’54’’
- 2 ELIES Yann 7 Groupe Generali Assurances à 52’35’’
- 3 BEYOU Jérémie 4 Delta Dore à 1h24’35’’
- 4 LE CLEAC’H Armel 1 Foncia - TBS à 2h15’49’’
- 5 TABARLY Erwan 2 Thalès à 2h37’07’’
- 6 DROUGLAZET Eric 6 Crédit Maritime - Zerotwo à 3h28’48’’
- 7 * NELIAS Jean-Luc 72 Chauss-Europ à 3h32’19’’
- 8 de PAVANT Kito 95 Navy Lest à 4h05’44’’
- 9 MORVAN Gildas 3 Cercle Vert à 5h02’51’’
- 10 VITTET Dominic 16 ATAO Audio System à 5h06’40’’
- 11 CHABAGNY Thierry 92 Le Caennais Blochon - Martin à 5h27’31’’
- 12 PELLECUER Laurent 8 CLIPTOL Sport à 5h52’49’’
- 13 EMIG Marc 10 Total à 6h31’18’’
- 14 PETIT Benoit 15 Défi Santé Voile à 7h12’42’’
- 15 GREGOIRE Jeanne 40 Banque Populaire à 8h00’38’’
- 16 * VENIARD Gérald 94 Scutum à 8h11’38’’
- 17 TROUSSEL Nicolas 43 D’Aucy à 8h36’44’’
- 18 BERENGER Nicolas 50 Paprec - CNEM à 9h17’43’’
- 19 DAVIES Samantha 27 Skandia à 9h22’20’’
- 20 de BROC Bertrand 55 Aigle à 9h36’47’’
- 21 KOCH Antoine 74 Nobody à 10h06’14’’
- 22 * DUTHIL Frédéric 60 All Mer à 10h11’33’’
- 23 * KRAUSS Oliver 25 Espoir Crédit Agricole à 10h36’28’’
- 24 GUERIN Ronan 22 Camus Immobilier à 11h33’10’’
- 25 ATTANASIO Romain 9 Port Trebeurden à 11h36’14’’
- 26 MABIRE Halvard 39 Biodiversité à 12h07’13’’
- 27 TOULORGE Alexandre 11 Caen La Mer à 12h22’31’’
- 28 LEPESQUEUX Marc 70 Maisons Pierre à 15h01’59’’
- 29 * TRIPON Armel 57 Gedimat à 15h27’37’’
- 30 * JACQ Rodolphe 66 Skipper AG2R Prévoyance à 16h45’55’’
- 31 BOISSIERES Arnaud 28 Région Aquitaine à 18h54’32’’
- 32 * MAISONNEUVE Brieuc 64 Pays Granvillais à 19h11’00’’
- 33 MOUREN Jean-Paul 13 M@rseille Entreprises à 19h11’34’’
- 34 * FAVRE Hervé 99 World Games Inc. à 21h05’44’’
- 35 * LE GAL Franck 42 Monaco Marine - Sodifac Roubaix à 22h13’41’’
- 36 BOS Christian 14 Raynal et Roquelaure à 23h07’16’’
- 37 BALOGH François 38 Générale d’Emballage à 24h55’40’’
- 38 BULOT Jean-François 21 Crédit Mutuel de Normandie -Ville de Caen à 24h56’43’’
- 39 SEVAUX Stéphane 35 Sarthe à 24h57’04’’
- 40 BAKKER Sander 23 STERN Groep à 25h13’55’’
- 41 * BIGOT Gaël 37 TEAM 117 à 25h32’36’’
- 42 DELORD Alain 52 TAT - Aviation Services à 27h18’00’’
- 43 * DANIEL Marie-Albane 29 ACADOMIA à 27h52’52’’
- 44 ALFARO Amaiur 17 www.PAYS-BASQUE-ENTREPRISES.com à 27h59’24’’
- 45 BEAURIN Laurent 59 Latitude Nord à 28h13’46’’
- 46 * LEQUIN Benoit 65 Nannidiesel à 28h45’58’’
- 47 * LECHARPENTIER Bertrand 32 Entreprendre en Pays d’Auge - Calvados à 29h11’23’’
- 48 * VACHETTE Vincent 33 Duc et Preneuf à 31h21’36’’
- 49 * DESMARETS Pascal 20 Tetraktys à 32h05’29’’
- 50 * WARDLEY Liz 36 Kookaï - Eol à 36h28’53’’
- 51 EINHORN Jacques 96 Connivence à 37h58’27’’
- 52 * BOSSARD Philippe 49 Karukera à 43h29’16’’


Dans la même rubrique

Solitaire Afflelou Le Figaro : Charles Caudrelier sacré vainqueur à Quiberon

Solitaire Afflelou Le Figaro : El Caudreliero prend la Solitaire à son compte

Solitaire Afflelou Le Figaro : Cap vers les Birvideaux pour le départ de la 3e étape

Solitaire Afflelou Le Figaro : Le Cléac’h, Beyou, Caudrelier tiercé gagnant à St Gilles Croix de Vie


A la une