SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Jules Verne

Le record de Bruno Peyron autour du monde tient toujours

Geronimo ne fera pas mieux qu’Orange

dimanche 16 mars 2003Christophe Guigueno

Olivier de Kersauson et son équipage se sont fait piégés par les calmes de l’Atlantique Nord comme aux temps historiques du record Record #sailingrecord de l’Atlantique. Geronimo devait couper la ligne d’arrivée au large d’Ouessant avant 12 h 36 min et 33 sec (heure française) ce dimanche. Le record Record #sailingrecord de Bruno Peyron sur Orange en 64 j 8 h 37 min et 24 sec, établi en mai 2002, survivra encore au moins un an !

"À bord, il règne un vrai sentiment d’impuissance, on ne peut rien faire contre une météo aussi sordide" se lamentait hier l’ancien détenteur du Trophée Jules Verne. A bord du trimaran gris, il n’y a plus, ni vent, ni nourriture. De Kersauson et son équipage sont résignés à prendre patience… La remontée de l’atlantique leur a été fatale. A mi-parcours de ce tour du monde non-stop contre la montre, Geronimo comptait pourtant presque trois jours d’avance sur le chrono établi un an auparavant par Bruno Peyron et son catamaran Orange.

Pire, le trimaran de 34 mètres de long avait établi successivement de nombreux records entre les points de passage obligés du tour du monde :
- Ouessant-Equateur en 6 jours 11 heures 26 minutes et 21 secondes,
- Ouessant-Cap de Bonne-Espérance (Afrique du Sud) en 16 jours 14 heures 35 minutes et 26 secondes,
- Ouessant-Cap Leeuwin (Australie) en 26 jours 04 heures 53 minutes et 13 secondes de course,
- Ouessant-Anteméridien en 32 jours 03 heures 13 minutes et 47 secondes,
- Ouessant-Cap Horn après 40 jours 16 heures 16 minutes et 04 secondes.

Mais une fois le légendaire cap Horn laissé sur bâbord, l’équipage brestois s’est retrouvé face à des petits airs, contraint à prendre une route proche des côtes d’Amérique du Sud. Puis De Kersauson et ses hommes se sont pris les flotteurs dans les calmes du pot au noir de l’hémisphère Sud avant de doubler la mise dans celui du nord... Au moment (relatif) où Orange bénéficiait d’une dépression qui le laissait glisser vers la Bretagne en contournant les Açores par le Nord, Geronimo s’est retrouvé en plein anticyclone à tirer des bords au près.

Dans 3 noeuds de vent depuis plus d’une journée, le voilier n’a pas pu se rapprocher des côtes françaises à temps. Quant Orange approche de Ouessant pour entrer dans la légende du tour du monde en établissant un nouveau record Record #sailingrecord , les Bretons sont encalminés au large des côtes espagnols.

Le Trophée Jules Verne, comme les records de l’Atlantique auparavant, fait payer cher aux marins l’atterrissage en Manche. De Kersauson, comme l’Anglaise Ellen MacArthur dont le catamaran Kingfisher2, ex-Orange, avait démâté le 23 février dernier au large des Kerguelen, ne battra pas le record Record #sailingrecord cette année.

Avec une bonne météo, il aurait pourtant pu espérer descendre le temps de référence de 64 à une soixantaine de jours. Mais pour cela, il faudra peut-être attendre une nouvelle génération de maxi multicoques plus proches des 40 mètres de long, comme le PlayStation de l’Américain Steve Fossett qui détient les records de l’Atlantique Ouest - Est et Est - Ouest. Ou encore comme le futur catamaran géant de Bruno Peyron qui devrait mesurer lui aussi dans les 38 mètres de long...

Les prochaines tentatives de record autour du monde ne devraient voir le jour qu’en fin 2003 quand l’Anglaise Tracy Edwards, à la barre de Maiden, ex-Club Med et sister-ship d’Orange/Kingfisher 2, s’élancera à son tour. De Kersauson et MacArthur, les deux battus de cet hiver, remettront-ils cela une nouvelle fois ?



A la une