SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Class40 #RdR2018

Antoine Carpentier : "Je ne fais pas ce que je fais parce que je veux marcher dans les pas de mon oncle ou de mon père"

jeudi 18 octobre 2018Redaction SSS [Source RP]

Le compte à rebours a clairement débuté pour les 123 marins de la prochaine Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum – Destination Guadeloupe et Antoine Carpentier ne déroge pas à la règle. Le skipper du Class40 Class40 #Class40 portant les couleurs de Custo Pol et les valeurs de Beyond the Seas a pris part, ces derniers jours, à un ultime stage d’entraînement à Lorient avec un certain nombre de ses plus redoutables adversaires, et peaufine désormais les derniers détails de sa préparation à la transat mythique. Une épreuve légendaire qu’il compte bien accrocher à son palmarès, ainsi que l’avait espéré son père, Jean-Michel, ou son oncle, Patrice, lorsqu’ils l’avaient eux-mêmes courue dans les années 80. Car qu’on se le dise, chez les Carpentier, si on a une vraie indépendance d’esprit, on a, avant tout, une indéfectible passion pour la voile.

La voile, une histoire de famille chez les Carpentier ? Assurément. Pour commencer, il y a l’oncle, Patrice, qui compte à son actif pas moins de cinq tours du monde, dont deux Vendée Globe (1989-1990 et 2000-2001), et 35 transatlantiques, puis le père, Jean-Michel, qui a accroché à son palmarès nombre de régates en IRC. L’un comme l’autre n’aime rien plus qu’être sur l’eau. « La voile c’est la liberté, une école de la vie. La mer est un miroir de nos qualités et de défauts », avance le deuxième que la passion pousse à s’installer à La Trinité-sur-Mer dès 1975, avec son épouse et ses trois enfants. « C’est là que j’ai passé mon enfance, jusqu’à la séparation de mes parents, l’année de mes 11 ans. Dès lors, je suis parti vivre à Paris avec ma mère mais tous les 15 jours, je redescendais y passer les week-ends, en plus des vacances scolaires. Avec mes sœurs, on participait alors aux entraînements d’hiver puis on régatait autant qu’il était possible sur les bateaux de mon père, d’abord un Class8 puis un JOD35 et enfin un Swan 42 qu’il possède toujours aujourd’hui », se souvient Antoine qui, très tôt, a pu connaitre deux approches différentes d’un même sport.

Ne pas marcher dans les pas de l’autre

« Mon oncle est davantage tourné vers la course au large que mon père qui, lui, est plus un régatier même si l’un et l’autre ont cumulé de très nombreux milles. Reste qu’étonnement, j’ai passé assez peu de temps sur l’eau avec Patrice et j’ai fait assez peu de navigation hauturière avec papa, même si j’ai effectué ma première transat avec lui en mode croisière quand j’avais 16 ou 17 ans. Cela étant dit, j’ai conscience d’avoir eu la chance de toujours pouvoir naviguer facilement car tous les gens qui me sont proches aiment être sur l’eau. Ca vaut, en effet, pour mes deux sœurs, pour ma mère ou pour Eric Loizeau, skipper, entre autres des multicoques Gauloises 4, Roger & Gallet et Duel Aigle, qui partage sa vie depuis plus de 25 ans », détaille Antoine qui ne cherche, en aucun cas, à reproduire un schéma ou réécrire une histoire. « Je ne fais pas ce que je fais parce que je veux marcher dans les pas de mon oncle ou de mon père, mais simplement parce que j’en ai envie. Vivre à travers les yeux des autres ne m’intéresse pas », affirme Antoine qui s’aligne au départ de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum , sa première course en solitaire, avec l’ambition de la remporter dans la catégorie des Class40 Class40 #Class40 et ainsi écrire sa propre histoire avec cette course au départ de laquelle son oncle, son beau-père et son père se sont tous alignés au moins une fois entre 1982 et 1986. « Bien sûr, ce sont des souvenirs qui marquent, même à 7 ou 11 ans, mais j’avoue que ce dont je me rappelle le plus c’est d’avoir été malade le jour du départ de l’édition courue par mon père », s’amuse Antoine Carpentier qui espère, évidemment, garder un souvenir impérissable de celle qui s’annonce en réalisant le pari de s’imposer à Pointe-à-Pitre avec tout ce talent qui n’appartient qu’à lui.


- Info presse Agence TB Press


A la une