SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Class40 #RdR2018

Sam Goodchild : "J’ai tout largué, ça fait mal… Le mât et les voiles ne sont plus avec moi"

mardi 6 novembre 2018Redaction SSS [Source RP]

Le skipper de Narcos : Mexico a démâté à 4h40, mardi. Une avarie qui l’a surpris alors que tout se passait bien à bord, malgré les conditions difficiles. Il fait route sous gréement de fortune vers Brest où il espère arriver jeudi. Un coup du sort qu’il encaisse stoïquement.

À 4h40, il faisait encore nuit, le vent soufflait entre 30 et 35 nœuds et Sam Goodchild marchait à dix nœuds, en 3e position des Class40 Class40 #Class40 , quand l’accident s’est produit.

« Je ne sais pas encore précisément ce qu’il s’est passé », dit le marin, joint par Iridium. « Le bateau allait super vite, il était bien équilibré. J’étais rentré à l’intérieur pour ranger. La nuit avait été difficile, mais j’étais soulagé. Le plus dur était passé et le vent commençait à mollir, petit à petit. C’est alors que j’ai entendu un gros ‘bang’. J’ai sauté sur le pont pour voir ce qu’il se passait. Le mât était tombé à l’eau avec trois voiles »,

emportant notamment des chandeliers. Les images transmises par le skipper laissent penser que le mât est tombé sur tribord, alors qu’il naviguait au près, bâbord amure. Dans la nuit encore noire, ballotés par une houle de 4 mètres, les espars ont menacé de raguer et de défoncer la coque. Sam Goodchild n’a eu d’autre choix que de couper les haubans et les bouts qui rattachaient le gréement.

« Le bateau bougeait pas mal, je ne voulais pas le casser encore plus », dit le marin. « J’ai tout largué, ça fait mal… Le mât et les voiles ne sont plus avec moi »,

ne cache pas le compétiteur qui étrennait un jeu de voiles neuves, obtenu grâce au soutien de Netflix.

En route vers Brest

Avec la bôme et son tourmentin, il a bricolé un gréement de fortune pour rallier un port sans assistance, le gasoil embarqué ne lui permettant pas de couvrir plus de « 50-60 milles » marins. « Autour de moi, ça commence à se calmer », observait-il en milieu de journée. Il fait désormais route au 66° en direction de Brest. « On avance à 4-5 nœuds, il y a 265 milles, je pense arriver dans l’après-midi de jeudi ». Face à ce coup du sort, Sam Goodchild cherche à positiver :

« J’ai de la chance, je n’ai pas été blessé, c’est au moins une bonne nouvelle ».

Quand l’avarie s’est produite, le bateau affrontait une mer croisée difficile au près, l’allure la plus éprouvante. « C’est fatigant pour le bateau, mais il est fait pour ça et les autres devant subissaient la même chose », analyse Sam Goodchild. Narcos : Mexico « passait plutôt bien, je n’avais pas peur et ce n’était pas trop galère ». Au bout du compte, « j’ai vraiment été surpris » de casser. Il suppute qu’une pièce, pourtant changée récemment a cédé.

« C’est de la malchance »

Son moral ?

« C’est mieux que ce je pensais. Je suis dégoûté, mais j’ai donné tout ce que j’avais. Je n’ai aucun regret. Je suis frustré, bien sûr, de ne pas pouvoir aller jusqu’au bout. Mais je n’ai pas ‘mal fait’, ce n’est pas un problème de préparation ou une mauvaise manœuvre. C’est de la malchance ».

Il avait d’ailleurs choisi une option plutôt sud, dans le groupe d’Aymeric Chappelier, Phil Sharp et Luke Berry (respectivement 2e, 3e et 4e), et permettant de s’extirper au plus tôt de la dangereuse tempête. Un choix de raison, misant sur la sécurité. Il préfère revenir sur son entame de course réussie : « C’était fou pendant ces premières 48 heures ». Pour sa première course transatlantique en solitaire, le marin est resté au contact de la tête de course, prouvant qu’avec un bateau un peu plus ancien, il pouvait batailler avec les meilleurs. Malgré les conditions météo très difficiles, « j’étais avec les autres, sans stresser et je ne me sentais pas hors de ma zone de confort ». Il conclut : « C’est la vie de la course au large, c’est comme ça ».


- Info presse Rivacom


A la une